La vaccination a débuté pour les soignants

— 

« C'était juste une caresse » : le chef du Samu de Paris s'est montré rassurant hier, sur le mode humoristique, lors des premières injections très médiatisées du vaccin contre la grippe H1N1, à l'hôpital parisien Necker (15e). La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, en a profité pour faire de nouveau appel au sens des responsabilités des soignants afin qu'ils se vaccinent en priorité contre le virus. « Au retour des congés de la Toussaint, lorsque les quantités de vaccins livrées seront suffisantes, nous élargirons la campagne au reste de la population », a-t-elle précisé. « La vaccination n'est pas obligatoire, mais fortement recommandée », a insisté le Pr Didier Houssin, directeur général de la santé. Le président de l'ordre des médecins, Michel Legman, s'est montré encore plus ferme, estimant que « le corps médical a des devoirs particuliers - se faire vacciner pour être en état de prendre soin de ses patients, ne pas les contaminer et se protéger ». Des réticences persistent pourtant parmi les personnels médicaux, en France comme à l'étranger, en Belgique ou aux Etats-Unis notamment. W