Des milliers de manifestants pour «une réelle égalité femmes-hommes»

PARIS La manifestation était à l'initiative de 103 associations féministes...

Avec agence

— 

Des milliers de manifestants ont défilé à Paris pour une «réelle égalité femmes-hommes» le 17 octobre.
Des milliers de manifestants ont défilé à Paris pour une «réelle égalité femmes-hommes» le 17 octobre. — B. HORVAT / AFP

Des milliers de personnes, en majorité des femmes, ont manifesté samedi à Paris pour réclamer une «réelle égalité femmes-hommes», notamment sur les salaires et les retraites, à l'appel de 103 associations féministes, syndicats et partis de gauche.

Réuni derrière la bannière «Ensemble pour une réelle égalité», le cortège était mené par les féministes du Collectif national pour les droits des femmes (CNDF) et de l'association Femmes solidaires, suivies de plusieurs responsables politiques nationaux, de Martine Aubry (PS) à Marie-George Buffet (PCF) en passant par Jean-Luc Mélenchon (parti de gauche) ou Olivier Besancenot (NPA), et des syndicalistes comme Bernard Thibault (CGT) ou Gérard Aschieri (FSU).

10 thèmes de revendications

Les revendications de la manifestation étaient bâties autour de six thèmes: autonomie, égalité, dignité, solidarité, laïcité et libertés. «Les droits des femmes sont toujours mis en cause, dans une société de crise comme la nôtre ce sont souvent les femmes qui sont les premières licenciées, les premières précarisées et nous savons que leurs droits propres comme le droit à disposer de leur propre corps sont toujours remis en cause», a déclaré la première secrétaire du PS Martine Aubry.

Marie-George Buffet (PCF) a mis l'accent sur la fermeture récente de plusieurs centres IVG, qui fait reculer les acquis des femmes, et a critiqué «l'aggravation» des différentiels de salaires à poste égal.

Anne Hidalgo, adjointe PS du maire de Paris, s'est pour sa part inquiétée de la situation en Espagne, où une manifestation anti-avortement a réuni un million de personnes samedi: «Il y a encore des forces qui essaient de revenir sur ce qui pour nous est acquis, même dans un pays progressiste comme l'Espagne», a-t-elle dit.