Radiofréquences: comment passer entre les ondes?

PRATIQUE Du matin au soir, vous baignez dedans, 20minutes.fr vous offre son petit guide de survie...

Julien Ménielle

— 

De plus en plus d'associations demandent le démontage des antennes-relais.
De plus en plus d'associations demandent le démontage des antennes-relais. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

«Dès lors qu'une exposition environnementale peut être réduite, cette réduction doit être envisagée.» Tel est le vœu pieux émis ce vendredi par l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) dans son rapport sur les radiofréquences. En attendant du concret, 20minutes.fr vous donne les conseils à suivre pour limiter la casse.

7h: Votre radio-réveil tente de vous tirer du lit. Mais, si les radiofréquences des émetteurs radio sont jugées «extrêmement fortes» par l'Afsset, celles des récepteurs radio n'exposent qu'à 0,2 à 0,4 V/m, selon le Centre de recherche et d'information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem). Une exposition inférieure aux 0,6 V/m chers aux associations. Vous pouvez donc vous rendormir tranquille.

7h30: La tasse de café chauffe dans le micro-ondes. Le four arriverait en tête des sources d'expositions aux radiofréquences. Pour le Criirem, une seule solution: «s'éloigner de 2m de l'appareil».

8h: Un petit check des mails avant de partir au boulot. Grâce au wi-fi, vous pouvez faire ça depuis votre cuisine, votre salle de bain, vos toilettes. Au prix d'une exposition jugée «très faible» par l'Afsset, mais prolongée. Le bon réflexe: «désactivez le wi-fi sur votre portable quand vous ne l'utilisez pas», conseille le Criirem. Et comme vous «profitez» de celui de vos voisins, n'hésitez pas à les éduquer.

9h: Quelques coups de fil avant de s'y mettre. Le portable est unanimement reconnu comme la source qui expose le plus au quotidien. Au point que le Criirem a émis une liste comprenant pas moins de 12 «bon réflexes à adopter». Pensez en priorité à choisir un téléphone au débit d’absorption spécifique (DAS) le plus bas (l'Afsset précise que votre appareil n'y perdra pas en qualité). Ne téléphonez que dans de bonnes conditions de réception et jamais en vous déplaçant, ni dans une voiture, un wagon ou toute structure métallique.

>> Retrouvez la classement des téléphones selon leur DAS en cliquant ici, et les recommandations du Criirem en cliquant là

13h: Petite balade apéritive à la recherche d'un sandwich. Vous allez immanquablement passer devant une antenne-relais. «En l'occurrence, il n'y a pas grand chose à faire», reconnaît le Criirem. Si vous tenez vraiment à éviter les zones exposées, reportez-vous à la carte de l'Agence nationale des fréquences (Anfr).

>> La cartographie de l'Anfr, c'est par ici

18h: Un appel aux amis pour organiser la soirée. Vous avez bien suivi les conseils: votre téléphone est placé le plus loin possible des parties sensibles de votre anatomie, grâce à votre oreillette bluetooth. Pas méchant mais «pas génial», selon le Criirem. Le problème: la position ultra-rapprochée du dispositif, et la tentation de le laisser en place. «Préférer le kit piéton "filaire"».

19h: Après tout, le coup de fil peut attendre d'être à la maison. Sage décision. Mais si vous avez un téléphone sans fil, ça ne règle pas tous les problèmes. L'Afsset annonce une exposition inférieure à 0,1W/kg quand le Criirem recommande moins de 0,7W/kg pour les téléphones portables. Ce qui n'empêche pas ce dernier de recommander d'«utiliser le haut parleur» de l'appareil.

20h: Petit tour en voiture à la recherche du bon plan soirée. Il serait bien étonnant que vous ne croisiez pas un radar sur le bord de la route. Une machine diabolique à fuir. Ses ondes sont «extrêmement fortes», selon l’Afsset. Certes, mais tellement l’exposition est tellement furtive qu'elle «ne pose pas de souci», selon le Criirem. Pas d'inquiétude, donc. Pas en ce qui concerne les ondes en tout cas.

21h: Retour à la maison pour une soirée télé. Personne n'est disponible. Une pizza et une série feront bien l'affaire. Mais votre télécommande émet des ondes, elle aussi... «Rien de significatif», rassure le Criirem. Ouf, voilà votre cerveau soulagé totalement disponible.

23h30: Allez, un bouquin et au lit. Voilà une activité saine et sans danger. En plus, votre lampe de chevet est équipée d'une ampoule à basse consommation, et ça c'est bien. «Les lampes à basse consommation émettent un champ électro-magnétique à l'allumage et pendant son fonctionnement», relève pourtant le Criirem. L'organisme conseille même d'éviter de les utiliser comme lampe de bureau ou de chevet, et de s'en tenir éloignés d'1,50 m. Une affirmation cependant contredite par un rapport qui affirme que ces ampoules ne sont dangereuses que quand elles sont utilisées dans des conditions extrêmes et à une distance inférieure à 20 cm.

De toute façon il est tard. Eteignez, vous allez encore avoir du mal demain matin.