Les incroyables conditions de travail des sans-papiers qui travaillent pour un sous-traitant de la RATP

VIDEO Certains sont employés depuis 2000...

E.J.

— 

 Des salariés d'un sous traitant de la RATP refont le bitume d'un quai du métro.
 Des salariés d'un sous traitant de la RATP refont le bitume d'un quai du métro. — Capture d'écran vidéo France Info

 Des salariés de la société Asten qui transportent des seaux de goudron bouillants, sans protection ni masques. Cette vidéo publiée par France Info, réalisée par les salariés eux-mêmes, vient appuyer le mouvement des salariés sans-papiers lancé voilà un an. 23 d'entre eux refont de nuit le bitume des quais du métro pour cette entreprise, un sous-traitant de la SNCF.

 
Leur métier: d'abord «on arrache le bitume, et on le remonte sur notre tête, des fois de 22h à 1h du matin sans pause», raconte l'un d'entre eux sur France Info. Puis ensuite «on a trois minutes pour descendre les seaux de goudrons de 250 à 300 degrés dans le métro». Sans protection, certains se sont brûlés.

Et évidemment, s'il y a déjà eu «des accidents graves», aucun n'a pu être réellement soigné, puisqu'ils assurent ne pas être déclarés. En conséquence pour eux, pas de sécurité sociale, et donc pas d'arrêt maladie. Symboliquement, ils ont convié des journalistes à un éphémère piquet de grève - rapidement évacué - dans un dépôt RATP du 18e arrondissement de Paris.


Dans un communiqué publié sur son site la RATP a tenu à préciser qu’«à sa connaissance, aucun salarié travaillant sur ses sites n’était en situation irrégulière». Ce qui ne l'a pas empêché de demander tout de même des explications à Asten.