L'UMP et les socialistes lancent des communautés à la Facebook

INTERNET Partis et personnalités politiques créent leurs réseaux sociaux...

Charlotte Mannevy

— 

S. POUZET / 20 MINUTES

Les militants des 3.500 sections socialistes de France vont dès aujourd'hui pouvoir se faire des «copains». A moins de six mois des régionales, le PS donne le coup d'envoi de son réseau social, la Coopol (pour coopérative politique), qui sera accessible au grand public fin novembre. Au même moment, l'UMP entrera dans la danse avec ­lescréateur­sdepossibles.com.

Au PS, on reconnaît s'être largement inspiré de la campagne présidentielle d'Obama qui a montré que bien utiliser le Web est une véritable machine à gagner. «La grande leçon, c'est qu'Internet n'est pas seulement un moyen de communication, c'est aussi un outil d'organisation», souligne Valerio Motta, responsable Web du parti. Avec la Coopol, les militants pourront organiser la vie de leurs sections, créer des «missions» pour recruter des volontaires - pour distribuer des tracts, par exemple -, et surtout militer en fonction de leurs centres d'intérêts.


Réunir militants et simples citoyens

«Aujourd'hui, les gens veulent se mobiliser sur un sujet en particulier. L'organisation géographique en sections ne suffit plus, analyse Benoît Thieulin, directeur associé de La Netscouade, en charge du développement du site. Avec la Coopol, ceux qui sont intéressés par les questions d'éducation pourront travailler ensemble, créer un groupe et quand le site sera ouvert au grand public, les sympathisants aussi intéressés par cette question pourront les rejoindre.»

Et les leaders politiques dans tout ça? «Ils sont les bienvenus, tout le monde peut créer sa page!», promet le sénateur socialiste de Paris David Assouline. Mais le site est tourné vers les citoyens. Là, on dit aux gens: ce parti a besoin de vous pour changer.» Les citoyens, ce sont eux aussi que vise l'UMP, où «les créateurs de possibles» relèvent pour le moment du secret industriel. On sait seulement, selon le parti majoritaire, que chaque utilisateur pourra y porter son projet. Elu ou simple citoyen, tout le monde pourra entrer dans la communauté.