Mais « où sont passés les milliards ? »

— 

Tout citoyen a le droit de se porter partie civile s'il s'estime concerné par une affaire. Le tribunal correctionnel de Paris a pu le vérifier, hier. En short et avec ses chaussettes dans les sandales, Gérard Prélorenzo est ainsi venu à la barre du procès Clearstream réclamer des comptes. Son nom n'apparaît pas dans les listings falsifiés. D'ailleurs, il s'en « fiche ». Lui veut juste savoir « où sont passés les milliards ». Euh... Quels milliards ? Il est le seul à connaître leur existence et il est prêt à tout pour obtenir une réponse à sa question. Même à se coucher dans la salle d'audience. Après avoir été sorti par trois gendarmes, l'audience aurait pu reprendre son cours normal. Mais non. Fondateur du parti « Halte à la censure, à la corruption, au despotisme et à l'arbitraire ! », Joël Bouard s'est, lui aussi, constitué partie civile. A l'issue d'un discours décousu, il a simplement réclamé « 50 millions d'euros à Sarkozy ». Ça tombe bien : lundi prochain, c'est l'avocat du Président qui doit plaider. W

Oriane Raffin