«Si j’avais laissé faire, les députés auraient mis Jean Sarkozy en charpie», déclare Copé

POLEMIQUE Le président du groupe UMP à l’Assemblée a coupé court au débat...

O.A., à Lille

— 

Jean-François Copé le 20 septembre 2009
Jean-François Copé le 20 septembre 2009 — DAMOURETTE/SIPA

«Si j’avais laissé faire, Jean Sarkozy aurait été mis en charpie.» En marge d’un déplacement sur le stress au travail dans une entreprise nordiste, Jean-François Copé s’est expliqué ce mercredi sur le silence imposé au groupe parlementaire UMP concernant le fils du président de la République.

Contrairement à son habitude, Jean-François Copé avait coupé court, mardi, au débat engagé par ses collègues lors de la réunion hebdomadaire de son groupe à l’Assemblée. «Quand on a commencé, tout le monde ne parlait que de Jean Sarkozy. J’ai dit stop, car on allait le mettre en charpie et, honnêtement, personne n’y a intérêt. Mieux vaut s’expliquer sur les politiques de fond que sont la taxe professionnelle et la taxe carbone.»

Considérant une nouvelle fois que « cette affaire n’est que l’écume de l’actualité », Jean-François Copé a d’ailleurs nié que la majorité affrontait une mauvaise passe après la succession de débats posés en interne. «Des comme ça j’en ai connu déjà. C’est vrai que depuis la rentrée ça tangue un peu, mais ce n’est pas si important. Moi je considère que ce n’est jamais la peine d’aller au clash»

Manifestation contre Jean Sarkozy
Après l’intervention de Jean Sarkozy dans le JT de France, l'adjoint au maire de Nanterre Julien Sage et le collectif Sauvons les riches ont appelé à manifester le 23 octobre devant le Conseil général des Hauts-de-Seine.