Condamné pour le viol de son petit-fils, le maire de Vence retrouve la liberté

JUSTICE Christian Iacono avait été condamné à neuf ans de prison en avril dernier...

J. M.

— 

Christian Iacono, 74 ans, radiologue à la retraite et maire de Vence, sort de la salle d'audience le 11 avril 2009 à Nice, après que l'avocat général a requis 14 ans de détention à son encontre.
Christian Iacono, 74 ans, radiologue à la retraite et maire de Vence, sort de la salle d'audience le 11 avril 2009 à Nice, après que l'avocat général a requis 14 ans de détention à son encontre. — AFP/VALERY HACHE

Christian Iacono a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. En plein débat sur la récidive des délinquants sexuels, l'ancien maire (Parti radical, ex-UDF) de Vence (Alpes-Maritimes), condamné le 12 avril à neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils, âgé de 5 à 8 ans à l'époque des faits doit quitter ce mardi soir sa cellule de la prison de Nice.

«On obtient gain de cause à la quatrième demande, c'est une grande satisfaction», a expliqué l'avocat de Christian Iacono, qui aurait «subi une importante opération». L'accusation contre le maire de Vence avait présenté des rapports d'experts signalant l'existence de séquelles de sévices sexuels ainsi que sur la parole précise, circonstanciée, et répétée depuis neuf ans de son petit-fils Gabriel, qui avait réaffirmé ses accusations lors du procès.