Jeux en ligne: Paroles de flambeurs (et de joueurs plus modérés)

INTERNET Certains y jouent occasionnellement, d’autres en vivent, ils ont en commun cette passion du jeu et du sport. Témoignages pour 20minutes.fr...

Propos recueillis par Corentin Chauvel

— 

 
  — BENAROCH / SIPA
Jean-Baptiste, 23 ans, pariait sur les courses de chevaux en ligne: «Avant, j’allais jouer dans les PMU mais je suis passé aux sites de paris en ligne pour leur aspect pratique. On peut parier sur toutes les courses en même temps et on dispose de plus d’informations sur les chevaux. Mais le problème avec les paris sur Internet, c’est que tu n’as aucune notion de l’argent que tu perds et que tu gagnes parce qu’il est dématérialisé. Quand tu commences à jouer, tu peux facilement perdre pied et c’est pour cela que j’ai arrêté il y a un an. J’avais peur de dépasser les limites.»
 
Emmanuel, 28 ans, joue aux paris sportifs (football, tennis, basket): «J’ai commencé à jouer il y a deux mois. Au début, je croyais naïvement que l’on pouvait devenir un bon parieur mais je me suis trompé. Ceux qui gagnent ont forcément de la chance parce que le sport, c’est vraiment trop aléatoire. Depuis, je ne joue que des petites sommes, de 1 à 10 euros maximum. Avec le temps, on arrive à être raisonnable parce qu’il ne faut pas croire qu’on peut gagner beaucoup d’argent avec les paris sportifs
 
Bertrand, 39 ans, parie sur les courses de chevaux en ligne: «Cela fait environ cinq ans que je joue en ligne. Sur un mois, je dois jouer 10 jours avec un maximum de 16 courses par jour. Depuis trois ans, mes gains sont en constante progression. Parier sur les chevaux, c’est un vrai métier, il y a pleins de choses à connaître. Je mise environ 20 euros par course mais cela peut parfois représenter jusqu’à 10.000 euros par mois. Il ne faut surtout pas se laisser emballer par ce que l’on va gagner sinon il y a clairement un danger. Pour moi, cela reste du domaine du loisir qui ne me coûte pas très cher parce que je sais m’imposer des limites.»
 
Olivier, 43 ans, joueur de poker en ligne: «Cela fait 30 ans que je joue mais seulement 4 ou 5 ans en ligne. Sur les sites, on rencontre tout type de joueurs mais la plupart sont raisonnables. Moi je le suis parce que je suis âgé mais je sais que si j’avais 20 ans, je grillerais tout comme un malade. Pour ne pas perdre, on est obligé de se fixer des limites, car il faut être concentré tout le temps même si le poker reste un jeu de hasard. Je n’ai jamais perdu sur les sites en ligne car je suis hyper prudent et je me suis interdit d’alimenter mon compte de jeu.»
 
François, 34 ans, joue aux paris sportifs en ligne (football, tennis, chevaux…): «Cela fait près de neuf ans que je joue. Au début, ce n’était que du loisir mais je me suis rendu compte que je pouvais vraiment gagner ma vie avec. J’ai laissé tomber mon métier de commercial il y a un an et demi pour me lancer à plein temps dans les paris et je gagne beaucoup plus qu’avant, de 4.500 euros à 10.000 euros par mois. Je pratique deux sortes de paris, le surbet et la bourse de paris (le joueur joue le rôle du bookmaker en proposant des cotes). Avec l’expérience, je me suis trouvé des techniques qui me permettent d’assurer mes gains à la journée, puis je m’impose de ne jamais miser plus de 15% de mon capital sur un pari. Surtout, je ne suis pas complètement accro, j’ai une vie de famille et j’arrive facilement à sortir des paris pour faire des choses à côté.»
 
Julien, 33 ans, joueur de poker en ligne: «Aujourd’hui, je joue occasionnellement parce qu’il y a un an, j’ai beaucoup joué et j’ai cramé tout ce que j’avais gagné. Puis, jouer au poker en ligne, cela prend beaucoup de temps, il faut y passer la journée pour que cela soit rentable. Dès que l’on commence à gagner, l’adrénaline monte et cela devient une drogue. Il faut savoir garder la tête froide et surtout apprendre à gérer son budget