Le vaccin contre la grippe saisonnière serait partiellement efficace contre la grippe A

SANTÉ 'est ce que révèle une étude menée au Mexique...

Avec agence

— 

Réfutant l'idée que les virus puissent être "endormis" par le froid, le Directeur général de la Santé Didier Houssin a notamment souligné qu'il était encore temps de se faire vacciner contre la grippe. Un geste "très important" pour les personnes âgées et les personnels de santé.
Réfutant l'idée que les virus puissent être "endormis" par le froid, le Directeur général de la Santé Didier Houssin a notamment souligné qu'il était encore temps de se faire vacciner contre la grippe. Un geste "très important" pour les personnes âgées et les personnels de santé. — Alix Guigon AFP

Voilà du grain à moudre pour tous ceux qui affirment que la grippe A n’est qu’une grippe comme une autre. Une étude menée au Mexique, et publiée mercredi dans le British Medical Journal, démontre que le vaccin 2008-2009 contre la grippe saisonnière offre une certaine protection contre la grippe H1N1, particulièrement contre ses formes les plus sévères.

Les chercheurs, dont l'équipe était conduite par l'épidémiologiste mexicain Jose Luis Valdespino, soulignent cependant que ces résultats «préliminaires» doivent être considérés avec prudence et «ne montrent en aucune façon que la vaccination saisonnière devrait remplacer la vaccination contre la grippe H1N1».

Moins de contaminations et de décès

Pour cette étude, l'équipe a comparé de mars à mai 2009 60 patients de l'Institut national des maladies respiratoires à Mexico atteints de grippe H1N1, et 180 autres patients, souffrant d'autres problèmes de santé.

Ils ont constaté que les personnes du groupe témoin non-infectées par la grippe H1N1 avaient plus souvent été vaccinées contre la grippe saisonnière. Il y avait nettement moins de personnes qui mouraient parmi les personnes vaccinées que parmi les personnes non-vaccinées.

Un échantillon limité et particulier

Les chercheurs expliquent la protection partielle offerte par le vaccin saisonnier par le fait qu'il renforce les anticorps chez des individus antérieurement exposés à un virus grippal similaire, soit par infection, soit par vaccination. Les virus H1N1 ont circulé chez les êtres humains de 1918 à 1957, et de nouveau en 1977, selon l'étude.

Les chercheurs insistent cependant sur le fait que l'échantillon étudié est limité et particulier, puisqu'il ne s'agit que de malades d'un hôpital spécialisé dans les maladies respiratoires, et qu'il faudrait «conduire des études similiaires dans d'autres cadres pour confirmer ou réfuter ces résultats».