La Redoute dégraisse encore

SOCIAL La direction va présenter un plan de départs volontaires pour 230 salariés, un an après l'annonce d'un plan social supprimant 672 emplois...

Avec agence

— 

La Redoute (Redcats, PPR), spécialiste de la vente à distance, a annoncé mardi la suppression de 672 emplois d'ici 4 ans, en fermant notamment ses 81 points de contacts en France, dans le cadre d'un "plan de relance" face au "déclin de la vente par correspondance traditionnelle".
La Redoute (Redcats, PPR), spécialiste de la vente à distance, a annoncé mardi la suppression de 672 emplois d'ici 4 ans, en fermant notamment ses 81 points de contacts en France, dans le cadre d'un "plan de relance" face au "déclin de la vente par correspondance traditionnelle". — Denis Charlet AFP

La Redoute remet ça. Selon un responsable syndical, le spécialiste de la vente à distance a annoncé lundi au comité d'entreprise un plan de départs volontaires portant sur 230 emplois, ce un an tout juste après un plan social entériné fin 2008 et supprimant déjà 672 emplois.

La direction a confirmé avoir présenté ce plan lundi sans plus de précisions, notamment sur le nombre de salariés concernés. «La direction ouvrirait les portes aux personnes de 57 ans et plus, ce qui concerne environ 230 personnes», a indiqué Fabrice Peeters, délégué CGT, précisant que son syndicat n'avait pas accepté de signer ce plan.

2.300 salariés de moins en 10 ans

«Le chiffre d'affaires n'étant pas au rendez-vous à leurs yeux, il fallait faire des coupes sombres dans le personnel, ce qu'ils font d'ailleurs depuis dix ans. On était 6.300 salariés en 1999 et à la fin de l'année nous serons un peu moins de 4.000», a expliqué Fabrice Peeters.

«La CGT n'a pas signé parce que La Redoute ne s'engage à remplacer qu'un départ sur dix alors que nous venons de subir un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) supprimant 672 postes. Et puis, les indemnités de départ sont au ras des pâquerettes», a-t-il ajouté.

La Redoute (Redcats, PPR), qui compte 18 millions de clients dans le monde, avait annoncé en octobre 2008 la suppression de 672 emplois d'ici 4 ans, en fermant notamment ses 81 points de contacts en France, dans le cadre d'un plan de relance face au déclin de la vente par correspondance traditionnelle et pour accélérer son développement sur internet.