Coup d'envoi des brigades de sécurité scolaires

EDUCATION Nicolas Sarkozy les a voulues au printemps dernier, après l'intrusion dans un lycée de Gagny d'une vingtaine de jeunes cagoulés et armés...

M.D

— 

Quelque 500 personnes devraient être recrutées d'ici à la fin de l'année. Leur mission? Assurer la sécurité dans les établissements scolaires dits sensibles. C'est au lycée Jean-Zay, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), que la première équipe mobile va s'installer. Munies de téléphones et d'ordinateurs, les dix personnes recrutées par le ministère de l'Éducation nationale, auront pour objectif de répondre aux demandes des proviseurs en mal de sécurité.

Dotées d'une tenue spécifique - blouson vert et brassard - et de moyens de transmission radio (talkie-walkie), mais non armées, les «EMS» auront une double mission de prévention et d'intervention à chaud en cas d'incidents dans un établissement.
 
En rodage depuis le 28 septembre, l'EMS (équipe mobile de sécurité) d'Aulnay-sous-Bois est déjà intervenue à titre préventif dans un lycée à Saint-Ouen, où avaient eu lieu des bagarres. Cette EMS est aussi intervenue au lycée Jean-Moulin à Blanc-Mesnil, après l'agression de deux assistants d'éducation par une personne extérieure à l'établissement.

Des équipes atypiques

Dans l'académie de Créteil, qui avait déjà testé ce dispositif l'an dernier après une intrusion en mars dans un lycée de Gagny (Seine-Saint-Denis), cinq équipes au total devraient être déployées à terme. Leur implantation, choisie en lien avec les préfectures, correspond à une «zone problématique», à proximité de cités dites «sensibles», selon le rectorat de Créteil.

Le chef du groupe est un ancien officier de l'armée royale belge, rapporte Lefigaro.fr, qui travaille entre autres avec un ancien policier, un conseiller principal d'éducation, un gendarme auxiliaire, un éducateur sportif, un chef d'établissement et des enseignants. Selon le quotidien, tous ont des profils atypiques, âgés de 27 ans en moyenne, ils ont été recrutés à l'aide d'un commissaire de police placé auprès du recteur de Créteil.