«Votation citoyenne» pour la Poste: 9.987 points de vote contre 6.000 attendus

REFERENDUM Une soixantaine de partis politiques, syndicats et associations ont organisé cette pétition géante pour attirer l'attention du gouvernement et des citoyens...

E. D.

— 

 Une personne marche devant des boites aux lettres près d'un point de vote installé devant un bureau de poste dans le cadre de la "votation citoyenne" sur l'avenir de la Poste, le 3 octobre 2009, à Paris.
 Une personne marche devant des boites aux lettres près d'un point de vote installé devant un bureau de poste dans le cadre de la "votation citoyenne" sur l'avenir de la Poste, le 3 octobre 2009, à Paris. — AFP / JOEL SAGET
Sur les marchés, dans la rue, devant les bars… ce samedi, la «votation citoyenne» sur La Poste était visible un peu partout. Lancée par un comité opposé à sa privatisation et regroupant une soixantaine de partis de gauche, syndicats et associations, cette pétition géante, a duré toute la semaine et s’achève ce samedi. Ce sont finalement près de 10.000 points de vote qui ont été recensé dans la France contre 6.000 attendus.

Pour tenir un point de vote, il fallait se faire enregistrer et attendre d'être validé par les organisateurs, selon la même source.
 
Alors que le dépouillement commençait samedi en fin d'après-midi, les organisateurs, se disaient débordés par le nombre de votants. S'ils reconnaissent son absence de valeur juridique, ils estiment qu'elle a une valeur test politique et reflète les inquiétudes des élus et usagers.
 
Ils réclament la tenue d'un vrai référendum, exclu jusqu'à présent par le gouvernement qui a ironisé par avance sur les scores à la «soviétique» du scrutin. 
 Affluence
Dès la mi-journée, Nicolas Galepides, porte-parole du comité organisateur, s'était réjoui devant l'afflux des votants: «le coordinateur pour la Haute-Garonne m'annonce au moins 35.000 votants à Toulouse».