Décès après un don de plasma: l'infirmière se serait trompée de flacon

SANTE La mort d'une femme de 29 ans serait due à une erreur médicale...

B.D.

— 

 
  — P. FAYOLLE / SIPA

La jeune femme de 29 ans, décédée mardi d’un arrêt cardiaque après un don de plasma, serait morte à la suite de «l’erreur d’une infirmière», selon le procureur de Lyon, Xavier Richaud.

Il explique que les premiers résultats de l’autopsie ont montré qu’«une fois le plasma retiré, on ne lui a pas injecté de sodium». Or, la quasi-totalité du sodium que l'on trouve dans le sang est contenu dans le plasma. Cette injection permet de pallier la carence liée au don.

>> A lire également: Donner son sang, un geste généreux très réglementé, cliquez ici.

D'après une proche de la victime, citée par Métro, «l'erreur médicale ne consistait pas en un oubli d'une injection de sodium mais en l'injection d'un autre produit... L'infirmière s'est trompée de flacon».

L'infirmière en dépression
 
Xavier Richaud affirme que l’erreur a été commise «sans volonté de nuire de la part du centre de transfusion sanguine, qui s’est tout de suite rendu compte de l’erreur et a donné l’alerte». Il a également indiqué que l’infirmière en question était «hospitalisée, en dépression».
 
Une information judiciaire pour homicide involontaire doit être ouverte en début de semaine prochaine. Une enquête interne à l’EFS (l’Etablissement français du sang), ainsi qu’une enquête administrative des services de l'Etat (Drass, Ddass) ont également été diligentées.