Gleeden, le paradis perdu des infidèles

INTERNET Le premier site de rencontres extraconjugales ouvre ses portes le 30 novembre...

Corentin Chauvel

— 

 
  — DR
Ils en rêvaient, Gleeden l’a fait. Plus besoin de passer par moult subterfuges sur les sites de rencontres voire les réseaux sociaux pour faire croire qu’on est célibataire alors qu’on est en couple, ce site de rencontres d’un nouveau genre va ravir les adeptes de l’adultère… et offrir une véritable mine d’or à BlackDivine, sa société américaine de développement.

Gleeden a l’ambition d’outrepasser «le puissant tabou virtuel» que constituaient les nouvelles formes d’infidélité pour offrir «une pratique libérée et vécue en élégance», explique une page de présentation du site. Tout un programme.

Cependant, attention, «Gleeden n’est pas là pour encourager l’infidélité, il s’agit simplement d’une plateforme technologique pour que les gens se rencontrent en affichant clairement leur statut», indique Teddy Truchot, responsable du lancement européen du site, contacté par 20minutes.fr.

«Envie de bouleverser la routine?»

Même si c’est affiché en pleine page d’accueil, «extraconjugal ne veut pas forcément dire sexuel, tout dépend de ce que l’on a en tête», précise Teddy Truchot. Difficile à croire à la lecture des petits slogans du site tels que «Soif de nouvelles aventures?» ou «Envie de bouleverser la routine?».

Gleeden ne serait alors qu’un site de rencontres à la fois classique et érotique mais où on se dirait la vérité? «Gleeden se situe entre les deux, offrant une plateforme où les membres n’ont pas besoin de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas», explique Teddy Truchot. Les infidèles peuvent être soulagés.

>> Pour en savoir plus sur l’évolution des relations amoureuses à cause des nouvelles technologies,
c’est par ici

Une diffusion mondiale

Comme on pouvait s’en douter, «la demande est énorme», selon le responsable Europe. Il précise que plus de 3.500 membres se sont déjà préinscrits sur la plateforme qui sera mondiale, dont 60% d’hommes, qui ont plutôt la trentaine. L’objectif affiché de Gleeden est de faire au moins aussi bien que les sites de rencontres traditionnels, soit des millions de membres payants, quand Meetic compte 12 millions d'inscrits et Match.com 3,5 millions en France.

Le marché est porteur: un tiers des membres des sites de rencontres seraient en couple selon une étude de First Privacy Financial datant de 2005; 34% des hommes et 24% des femmes auraient des relations parallèles selon une enquête de l’Inserm et de l’Ined parue en 2008; et 14% des Français se déclarent infidèles selon un sondage Sofres de 2009.

>> Et vous, qu’en pensez-vous? Le lancement de ce genre de sites de rencontres vous choque-t-il? Pensez-vous qu’il va encourager l’infidélité?
Comment ça marche?

Techniquement, Gleeden est un site de rencontres comme tous les autres. La création d’un profil est gratuite mais il faut payer pour communiquer avec les autres membres. Des petits gadgets sont disponibles comme le chat, le «coup de cœur», pour exprimer son attirance pour un autre membre sans pour autant lui parler, et surtout le bouton « STOP !» qui permet «dans un moment de panique (ndlr si votre conjoint ou votre patron débarque) de sortir en vitesse de l’interface» de Gleeden et d’atterrir sur un autre site de son choix, plus sérieux, comme 20minutes.fr par exemple.