Polanski embarrasse la majorité

— 

Ils sont gênés, voire franchement choqués. Les membres de l'UMP ont du mal à comprendre le soutien officiel de la France et du parti présidentiel à Roman Polanski. Le réalisateur, recherché par les Etats-Unis dans le cadre d'une affaire de viol datant de 1977, a été arrêté à Zurich samedi. Une arrestation « épouvantable » pour le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, et « choquante » pour le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre. Marc Laffineur, vice-président UMP de l'Assemblée, s'est dit « surpris » de ces déclarations « un peu rapides » et de l'initiative du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui a écrit à son homologue américaine, Hillary Clinton, pour demander la libération du cinéaste. Qualifiant Mitterrand de « porte-parole du microcosme médiatico-mondain », Christian Vanneste (UMP) s'est indigné, hier : « Comment [...] pouvons-nous juger de l'application du droit dans un Etat qui connaît plus que la France la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la justice ? » W