pas de trace de la joggeuse

Charlotte Mannevy

— 

Les enquêteurs sont « très inquiets », près de 48 heures après la disparition de Marie-Christine Hodeau. Cette femme de 42 ans a été enlevée alors qu'elle faisait son jogging lundi matin près de Milly-la-Forêt (Essonne). Pourtant, plus de deux cents gendarmes quadrillent les bois autour de Milly et d'Echilleuses (Loiret), où a été arrêté un suspect quelques heures après le rapt. Mais les recherches sont difficiles dans « cette zone extrêmement vaste et accidentée en bordure de la forêt de Fontainebleau », a souligné hier Bernard Thibaud, commandant du groupement de gendarmerie de l'Essonne.

Lundi, c'est la victime elle-même qui a donné l'alerte grâce à son téléphone portable. Enfermée dans le coffre d'une voiture par un homme qui la menaçait d'un couteau, elle a réussi à appeler les gendarmes et à leur donner le numéro d'immatriculation du véhicule, avant que la communication soit brutalement coupée. Depuis, rien. Et les enquêteurs sont d'autant plus anxieux que l'appareil n'a plus émis de signal après ce coup de fil.

L'homme de 47 ans arrêté lundi, et dont la garde à vue a été prolongée hier soir, « nie catégoriquement les faits », a indiqué le procureur d'Evry, Jean-François Pascal. Mais il fait figure de « principal suspect ». Déjà condamné en 2000 pour séquestration et viol d'une jeune fille de 13 ans, il avait été libéré en 2007. Il était depuis employé comme gardien d'une maison d'Echilleuses, dont le propriétaire est aussi celui de la voiture utilisée pour l'enlèvement. Selon Eric Gosset, commandant de la section de recherche, « des éléments humains et techniques tendent à prouver que c'est bien lui [le suspect] qui était au volant du véhicule », lundi matin. W