« Miser sur l'alternance »

— 

BASSIGNAC / SIPA

Pourquoi un deuxième plan jeunes était-il nécessaire ?

Pour ne laisser personne au bord de la route, les décrocheurs du système scolaire comme les jeunes déjà lancés dans la vie active.

Comment expliquez-vous les difficultés d'insertion des jeunes ?

Notamment parce que l'on n'a pas assez misé sur les formations en alternance dans notre pays. Ce sont pourtant des cursus répondant aux besoins des entreprises, qui débouchent dans 70 % des cas sur un CDI.

Comment comptez-vous les développer ?

Nous allons réunir des ateliers sur l'apprentissage qui se tiendront au niveau national et régional et rassembleront des apprentis, des entreprises, des centres de formation... Ils réfléchiront aux moyens de mieux orienter les jeunes vers l'apprentissage, de trouver plus facilement des entreprises d'accueil pour eux, de développer cette formule dans tous les cursus ainsi que dans la fonction publique... Un plan d'action pour la relance de l'apprentissage sera ensuite présenté d'ici à décembre. Parallèlement, un portail pour mettre en rapport les jeunes et les entreprises verra bientôt le jour. W

Recueilli par D. B.