Clearstream: la 5e journée du procès en live

Oriane Raffin, envoyée spéciale au Palais de Justice de Paris

— 

L'interrogatoire de Jean-Louis Gergorin sera suivi jeudi de l'audition d'Imad Lahoud, ex-cadre d'EADS, également cité dans les notes du général Rondot.
L'interrogatoire de Jean-Louis Gergorin sera suivi jeudi de l'audition d'Imad Lahoud, ex-cadre d'EADS, également cité dans les notes du général Rondot. — Sakutin/Demarthon AFP/Archives


18h41: les journalistes fatiguent, le "moulin à paroles" de Gergorin ne s'arrête plus
18h40: Les avocats s'enchaînent pour torturer ce pauvre Gergorin
Il aura passé l'après-midi à la barre.
18h21: Pour se défendre, Gergorin retape sur Lahoud
18h19: Jolie prestation du procureur
Il réussit à énerver Jean-Louis Gergorin.
18h18: "Nous sommes dans l'absurde, monsieur Gergorin"
Le procureur le met sur la sellette, très calmement, la voix grave, le regard fixe. Le ton monte. "Je n'avais pas été prévenu des perquisitions, je n'avais pas prévu l'effacement de mon ordinateur."
18h15: Le Who's who peut-il être une preuve?
pour J-L Gergorin, on dirait. Il s'en sert pour justifier l'utilisation du surnom d'une personne présente dans les listings.
18h07: comptes, sous-comptes, compensation, obligations...
On se croirait dans un cours de finance. Gergorin se démène et fait son exposé au prof-proc' Marin, qui le remet calmement à sa place "forcément monsieur Gergorin"
18h04: le procureur Marin donne des leçons de finances
Banque vs. chambre de compensation: Gergorin a-t-il bien compris la différence? On ramasse les copies dans 30 minutes...
18h01: interlude culturelle, Jean-Louis Gergorin joue les critiques littéraires.
"La boîte noire, j'ai trouvé que c'était un bon livre" (Il s'agit du premier livre sur Clearstream du journaliste Denis Robert, aussi sur le banc des prévenus).
17h55: "J'ai entendu dire que je serai le prochain sur la liste"
JL Gergorin avait peur, en touchant à l'affaire des frégates de Taïwan, qu'on essaie de le tuer.
A lire ailleurs: hier, le journaliste Edwy Plenel, entendu comme partie civile, affirmait: "Il me paraît clair que D de Villepin n'est ni l'organisateur ni le commanditaire de la calomnie dont j'ai été victime". Pour beaucoup, il a outrepassé son rôle de partie civile, devenant une sorte d'avocat de Dominique de Villepin. Edwy Plenel s'en défend, sur Rue89.
17h44: Jean-Louis Gergorin est toujours à la barre.
Il raconte le stress, la tension, du moment où il envoie les lettres anonymes. "Je jouais un rôle qui n'était pas le mien, puisque j'écrivais un lettre anonyme à quelqu'un [le juge Van Ruymeke], à quelqu'un qui savait qui j'étais."
Réaction avocat

Pendant l'interruption de séance, Olivier Metzner, l'avocat de Dominique de Villepin se félicite de souligner que le nom de son client "n'est pas évoqué cet après-midi". "Il se voit exonéré par Jean-Louis Gergorin lui-même", précise-t-il.

On avait "l'impression d'assister à un concours de menteurs aujourd'hui", continue-t-il, "alors que demain, on aura des paroles de vérité."

Demain, à la barre, "Dominique de Villepin dira ce qu'il répète depuis le début de cette affaire. Il n'y aura pas de scoop. Il restera dans ses positions, car lui, contrairement à d'autres, a toujours été constant dans ses déclarations". Me Metzner égratine au passage Jean-Louis Gergorin et se revirements multiples.
17h07: Suspension d'un quart d'heure.
Le temps de reprendre nos esprits après cette longue intervention de Gergorin, et le ping pong avec Lahoud.
16h51: Lahoud nie
«Non, monsieur le président», répète indéfiniement Imad Lahoud, arrivé à la barre, qui dément avoir participé à la rédaction des lettres anonymes.
16h46: Gergorin ose tout
«Ces documents que j'envoie contribuent à l'établissement de la vérité, mais pas dans le sens que je pensais», ose Gergorin. «C'est un comble», s'exclame le président. «Oui, mais j'y croyais», répond Gergorin.
16h40: Selon Gergorin, Lahoud aussi est un corbeau.
Il a particpé à l'envoi de lettres anonymes, en a tép certaines. Dans les courriers, JLG fait référence à Deep Throat, pour que le juge van Ruymbeke l'identifie: il signe DT.
16h34: Gergorin très imagé:
«Je me suis retrouvé comme une poule devant un couteau, à devoir rédiger une lettre anonyme.»
16h25: Le président titlle Gergorin: "Vous avez une solide constitution pour avoir réussi à dissimuler tout ça"
Gergorin s'explique: "Je me suis senti investi de ce type de mission."
16h18: Gergorin parle comme un petit enfant pris sur le fait, en pleine bétise
16h16: Gergorin lèche les bottes du président
"Monsieur le président, je ne veux surtout pas critiquer votre gestion de l'audience..." Rires dans la salle.
16h13: "J'ai cru que ma vie était menacée"
Jean-Louis Gergorin est allé jusqu'à financer une protection rapprochée et à  préparer des courriers "s'il lui arrivait quelque chose".
16h09: "Plus y'en avait, plus j'y croyais!"
Jean-Louis Gergorin s'emballe quand il raconte ce qu'il s'est passé, pourquoi il a été aussi crédule face à ces listings. C'est le nombre de transactions qui a achevé de le convraincre.
15h58: Ca s'agite dans la salle. Les gens s'ennuient.
Les avocats papottent entre eux. Les journalistes aussi, en poussant de lourds soupirs. "A vouloir etre trop précis, le pdt s'éternise dans ses questions, et Gergorin dans ses réponses...", note Amaury Guibert, sur Twitter. "C'est peu dire que l'on avance lentement...", précise-t-il.
15h48: cette audience est partie pour durer un bon moment
Jean-Louis Gergorin rentre dans de nombreux détails. Le président pose des questions.
15h36: Avec ce que nous raconte Gergorin, on va pouvoir faire le planning de ses déjeuners en 2003 (quelle mémoire), manque plus que les menus...
>> Perdu dans l'affaire Clearstream? Retrouvez notre trombinoscope pour comprendre qui joue quel rôle...
15h24: "Il y a une légende noire qui s'est développée autour de Clearstream. Imad Lahoud avait réponse à tout", déclare Jean-Louis Gergorin.
15h04: L'avocat de Roman Polanski est débordé
Maître Temime défend à la fois Denis Robert, le journaliste de l'affaire Clearstream, et Roman Polanski... Pas facile... Résultat, selon Obs_Clearstream, il "multiplie les aller-retours entre l'audience et la salle des pas perdus. Entre Denis Robert et Roman Polanski."...
Un confrère, au passage, lui demande "Mais tu n'es pas en Suisse toi?"... dure, dure la vie d'avocat.
14h56: On remonte jusqu'à la mort de Lagardère
A l'époque, Jean-Louis Gergorin est persuadé qu'il y a un complot.
14h53: pas assez de place sur le banc pour les avocats...
Ils ont été obligés de rajouter des chaises.

14h49: De dos, Jean-Louis Gergorin a l'épaule gauche plus haute que la droite, qui elle, bouge beaucoup.

14h47: "Pourquoi gardez-vous ce secret pour vous, pourquoi ces cachoteries?" demande le président
Parce qu'il n'avait d'une seule "source", répond Jean-Louis Gergorin.
14h39: Jean-Louis Gergorin à la barre
Les choses sérieuses de la journée commencent...
14h38: l'audience reprend... enfin preque
On attend encore quelques personnes...
14h37 Jean-Louis Gergorin tend la main à une journaliste
"Bonjour, Jean-Louis Gergorin". Ah bon? Il me semblait bien que cette tête me disait quelque chose...

14h28: 5 minutes de suspension

A lire ailleurs: Et si c'était Nicolas Sarkozy qui était derrière tout ça? L'enquête de Mediapart (dont le fondateur, Edwy Plenel, fait partie des parties civiles), montre qu'Imad Lahoud aurait eu des contacts avec des proches du président actuel.
14h18: De Villepin à la barre, à la demande du procureur
On le fait réagir sur l'affaire du compte japonais de Jacques Chirac. Ensuite, on lui demande s'il a inscrit le nom de Flam sur le listing. Réponse: "Je n'ai jamais eu connaissance de ce listing, je n'y ai jamais contribué"
14h16: Imad Lahoud revient à la barre
Il ne connaissait pas Mr Flam, le seul qui lui en a parlé, c'est Jean-Louis Gergorin.
A lire ailleurs: Clearstream, une affaire sous fond de tensions dans l'aéronautique. C'est sur Challenges.
14h04: Gilbert Flam à la barre
Encore une partie civile, ancien de la DGSE
13h56: Interprète ou pas?
cafouillage à la barre, des gens en trop, un interprète. Ca part en anglais Nadhmi Auchi, partie civile, connu pour son implication dans l'affaire Elf. En français c'était déjà pas simple, là, ça s'arrange pas...
13h55: Epidémie au procès? Stratégie de la défense?
"Beaucoup de toux dans la salle d'audience. La grippe A s'inviterait-elle au procès?", s'interroge Obs_clearstream, sur Twitter.
13h50: C'est déjà fini pour Baudis
Son passage à la barre aura été court
13h50: Lahoud, Gergorin, Baudis: ils sont tous debout devant le président
Gergorin, lui, explique comment fonctionnent les comptes Clearstream et les différents listings "alors il faut être très précis, il y a des nuances".
13h43: "Je ne connais pas monsieur Lahoud, je ne connais pas monsieur Gergorin."
13h40: Baudis ressort les vieux dossiers...
Quand, en 2003, il avait été accusé, notamment, de viols, mais blanchit par la suite...
13h38: "J'ai appris que mon nom faisait partie des listings par le journal télé"
13h37: Dominique Baudis, partie civile, s'avance à la barre
Absent hier, le juge l'entend donc aujourd'hui
13h37: Il y a même un écran...
une projection aujourd'hui?
13h36: L'audience est en retard...
Mais la cloche retentit


Le point avant l'audience:


Au procès Clearstream, lundi, «c’était la Saint-Gergorin». Les choses ne devraient pas beaucoup changer ce mardi, avec le retour d'Imad Lahoud. Le mathématicien fait son grand retour dans la salle d'audience pour une nouvelle confrontation avec son ancien patron.

>> Retrouvez tous nos articles sur Clearstream en cliquant ici

Lors de la première semaine du procès, les deux hommes se sont mutuellement accusés d'être les auteurs des listings falsifiés. «J'étais sa chose», a assuré Imad Lahoud, tandis que Jean-Louis Gergorin prétendait avoir été le «pigeon» de l'histoire.

Mais ce mardi, après les listings, c'est sur la «dénonciation calomnieuse» en elle-même que se penchera le tribunal. L'objectif: déterminer si jean-Louis Gergorin savait que les documents étaient faux quand il les a dénoncés au général Philippe Rondot puis au juge Renaud van Ruymbeke.

>> Suivez l'audience en direct sur 20minutes.fr avec nos envoyés spéciaux sur place

Le nom de Dominique de Villepin sera à nouveau au centre des débats, avant l'audition, mercredi, de l'ancien Premier ministre. Le tribunal cherchera à savoir si c'est à la demande de ce dernier que Gergorin a alerté la justice.