Nicolas Sarkozy confirme l'hypothèse de la collision entre les deux Rafale

AVIATION Le chef de l'Etat a publié un communiqué qui reprend cette thèse et salue la mémoire du pilote disparu...

J. M. avec agence

— 

Après une parenthèse de 18 mois, Nicolas V., pilote de Super Etendard, a ressenti "une légère appréhension" en posant de nouveau son chasseur sur la piste étroite du Charles de Gaulle.
Après une parenthèse de 18 mois, Nicolas V., pilote de Super Etendard, a ressenti "une légère appréhension" en posant de nouveau son chasseur sur la piste étroite du Charles de Gaulle. — Joël Saget AFP

Nicolas Sarkozy a rendu hommage ce lundi au pilote d'essai qui a disparu jeudi en Méditerranée après l'accident survenu entre deux avions de combat Rafale. Les recherches ont en effet été abandonnées, a annoncé dimanche la Marine nationale. Le chef de l'Etat a par ailleurs confirmé l'hypothèse d'une collision entre les deux appareils, évoquée par le pilote survivant.
 
«Deux Rafale de la marine nationale sont entrés en collision en fin d'après-midi jeudi 24 septembre au dessus de la mer au large de Perpignan», a indiqué l'Elysée dans un communiqué. «Le président de la République sait combien le métier de pilote d'essai est exigeant et salue la mémoire de François Duflot, du centre d'essais en vol d'Istres. Il exprime ses condoléances attristées à son épouse et à ses trois enfants», poursuit le texte.
 
Un brusque virage à gauche

Les recherches ont permis de retrouver samedi un débris d'aile et de capter des signaux émis par les balises de détresse des deux Rafale, qui gisent vraisemblablement par 600 m de fonds. Selon une source proche du dossier, la collision se serait produite à la suite d'un brusque virage à gauche de l'un des deux appareils.
 
Sur la foi du témoignage du pilote disparu et des premiers éléments de l'enquête qu'il a ordonnée, le ministre de la Défense Hervé Morin avait indiqué vendredi qu'«a priori» l'accident n'avait «rien à voir avec l'avion». Pour l'heure, le gouvernement brésilien n'a pas confirmé sa commande de 36 appareils et entend avoir accès à l'enquête.