C'est le moment d'acheter, criez-le sur tous les toits

IMMOBILIER Les chiffres le prouvent...

Laurent Bainier
— 
La demande de prêts, après s'être effondrée en fin d'année, est repartie fortement à la hausse, selon le courtier en ligne Meilleurtaux.com, qui met en avant la baisse continue des taux d'intérêt.
La demande de prêts, après s'être effondrée en fin d'année, est repartie fortement à la hausse, selon le courtier en ligne Meilleurtaux.com, qui met en avant la baisse continue des taux d'intérêt. — Lionel Bonaventure AFP/Archives

Demander à un agent immobilier si c'est le moment d'acheter son premier appart, c'est un peu comme demander à son boulanger si c'est la saison pour manger du pain. Sauf déprime aggravée, il vous répondra oui. Alors faute de pouvoir se fier aux agents, fiez-vous à l'immobilier, historiquement, l'un des placements les plus rentables.

«Je ne crois pas les gens qui ont un avis tranché sur une évolution des prix à six mois ou un an, confesse Thomas Laurentin, PDG du premier site de "rencontres immobilières" drimki.com. Les prix sont imprévisibles. Seule Madame Irma peut vous dire si la baisse des prix va continuer.»

Un investissement sur dix ans

Avec 10 à 15% de baisse en moyenne pour les prix de l'ancien en France sur les douze derniers mois, de nombreux acheteurs peuvent en effet être tentés d'attendre encore un peu pour profiter de tarifs plus attractifs. Ta, ta, ta ! Grave erreur. «L'immobilier est un investissement sur dix ans. Et sur dix ans, ce type de bien prend de la valeur, continue Thomas Laurentin. Ce qui compte pour savoir quand acheter, ce sont les positions bancaires.»

Or, les positions bancaires - comprenez par là le taux d'emprunt - sont favorables en ce moment. «Le prêt à taux zéro doublé est garanti jusqu'au 31 décembre pour l'achat d'un logement neuf. Au-delà, rien n'assure que vous pourrez continuer à en souscrire un», prévient Christophe Pinault, directeur général adjoint du Crédit foncier, en charge des métiers des particuliers.

Emprunter jusqu'à 65.000 eur sans intérêt, c'est top. Emprunter le reste à 4%, c'est pas mal non plus. Et justement, c'est le taux moyen en ce troisième trimestre. «On a perdu 1,5 point sur les taux de crédit en peu de temps, calcule Alban Lacondemine, porte-parole d'Emprunt Direct, société de courtage en prêt immobilier. On est aujourd'hui très près du plancher. Même si l'on perd encore 0,1 ou 0,2 point, on n'ira pas beaucoup plus loin.»

Mois d'août très actif

Les banques ont beau se montrer plus pointilleuses avec la crise, elles restent contraintes de vendre ce «produit» très important. «Le crédit immo, c'est super pour elles. C'est le meilleur moyen de fidéliser un client», détaille Alban Lacondemine.

Et nouveauté de la collection été-automne 2009, les acheteurs ne manquent plus. Les six premiers mois de l'année, les agents immobiliers passaient plus de temps sur «Tetris» qu'à faire des visites. Depuis juillet, ils ont arrêté d'aligner des briques et se sont remis à vendre du parpaing. «Cela fait des années que je travaille dans ce secteur et je n'ai pas souvenir d'avoir déjà connu un mois d'août aussi actif», assure même Alban Lacondemine.

Résultat, les vendeurs qui retardaient la mise de leur bien sur le marché dans l'espoir de jours meilleurs franchissent le cap. Et ils ont raison. «Si les prix de l'immobilier sont aussi imprévisibles que les cours boursiers, il existe quand même des données certaines, comme le fait que les besoins fondamentaux demeurent très importants, rappelle Christophe Pinault, du Crédit Foncier. On vit plus longtemps; il y a de plus en plus de familles monoparentales, donc deux fois plus de besoins d'appartements; les personnes qui travaillent loin de leur résidence principale [et ont donc besoin de deux logements] sont de plus en plus nombreuses. Tout ça garantit que la demande ne va pas faiblir. »

On résume pour ceux qui n'ont pas eu le courage de lire tout l'article et se sont précipités sur la conclusion (ça promet pour votre rendez-vous chez le banquier) : on ne sait pas si les prix vont continuer à baisser, mais les taux sont intéressants et les banques intéressées. Le marché ne risque pas de s'effondrer à long terme et d'ailleurs, depuis deux mois, il est reparti. Bref, si vous en avez les moyens et si vous avez trouvé l'appart de vos rêves, fiez-vous au colocataire rêveur qui rédige cet article: achetez!