Crash de deux Rafale: «L'accident n'a rien à voir avec l'avion», selon Hervé Morin

PERPIGNAN Le ministre de la Défense parle d'un «accident de vol», le pilote survivant évoque l'hypothèse d'une «collision en vol»...

20minutes.fr

— 

Après une parenthèse de 18 mois, Nicolas V., pilote de Super Etendard, a ressenti "une légère appréhension" en posant de nouveau son chasseur sur la piste étroite du Charles de Gaulle.
Après une parenthèse de 18 mois, Nicolas V., pilote de Super Etendard, a ressenti "une légère appréhension" en posant de nouveau son chasseur sur la piste étroite du Charles de Gaulle. — Joël Saget AFP
13h30 - Les recherches se poursuivront «aussi longtemps que nous aurons un espoir de le retrouver» (Hervé Morin)

Deux avions de combat Rafale de la Marine se sont abîmés en mer Méditerranée jeudi au large de Perpignan, le pilote de l'un d'eux ayant pu être repêché «vivant et conscient», a annoncé la Marine nationale dans un communiqué. Le deuxième pilote n'ayant toujours pas été reperé, les recherches
se poursuivront «aussi longtemps que nous aurons un espoir de le retrouver», a déclaré ce vendredi le ministre de la Défense Hervé Morin.

D'importants moyens sont mis en oeuvre pour rechercher le disparu. Un renfort a été demandé à un navire espagnol pour étendre la zone des recherches, où les fonds se situent entre 500 et 600 mètres.

Un «accident de vol»

«Il nous faut mener une enquête nécessaire, toute réponse serait précipitée» mais «a priori l'accident n'a rien à voir avec l'avion, il s'agit d'un «accident de vol», a déclaré le ministre au cours d'une conférence de presse, en réponse à une question sur une éventuelle défaillance technique du Rafale. Voilà qui devrait rassurer le Brésil, qui hésite toujours à acheter 36 de ces avions de chasse à la France.

Les causes restent inconnues, mais la Marine nationale a indiqué que
l'hypothèse «la plus probable» pour expliquer le crash de deux Rafale de la Marine nationale en Méditerranée jeudi est «une collision en vol». C'est ce qui ressort du récit du pilote repêché. Celui-ci s'en tire avec une plaie à un oeil et des contusions au visage et «quelques égratignures», selon le Sirpa-Marine, contacté par 20minutes.fr.

Deux pilotes expérimentés

L'accident s'est produit vers 18 heures, à une trentaine de kilomètres à l’est de Perpignan au cours d’une mission d’essai à laquelle participaient les deux appareils. «Ils avaient décollé du porte-avions et étaient aux mains de pilotes très expérimentés», a précisé le capitaine de frégate Bertrand Bonneau, du Service d'information et de relations publiques de la marine (Sirpa Marine).

«Après le choc, le capitaine de corvette Beaufils a expliqué que son avion est parti en vrille, qu'il a pu s'éjecter. Lors de son éjection, il a constaté que l'avion de son camarade continuait à voler et nous avons perdu quelques minutes plus tard son signal radar», a détaillé Hervé Morin.

Les deux hommes sont des pilotes d'essai, a précisé le commandant Bonneau. Celui qui est porté disparu totalise 5.000 heures de vol et est âgé de 45 ans. Le second, qui s'est éjecté et a qui ne souffre que de très légères blessures dues à l'éjection, a 40 ans et a effectué 3.000 heures de vol.

Un accident qui survient en pleine négociations avec le Brésil

Toujours selon la Marine, les moyens de recherche engagés comptent une vedette de la Société nationale de sauvetage en mer, quatre hélicoptères, ainsi qu'un avion de guet aérien Hawkeye du porte-avions et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Cet accident est le premier à frapper la version marine du Rafale, la Marine nationale comptant actuellement 17 appareils de ce type.

Un exemplaire de l'armée de l'air s'était déjà écrasé le 6 décembre 2007, en Corrèze. Il avait été attribué par l'armée à une «désorientation spatiale» du pilote qui avait été tué dans l'accident. Cet accident survient au moment où la France fait actuellement figure de favori pour un contrat de vente de 36 appareils au Brésil. Le chasseur hyper-sophistiqué fabriqué par l'avionneur français Dassault France, n'a encore jamais été vendu à l'exportation.