Frais bancaires opaques: ce sur quoi les consommateurs sont lésés

UE Des frais de compte élevés aux informations incompréhensibles...

E. L.

— 

Des billets de 500 euros.
Des billets de 500 euros. — Photo Flickr CC/ By 1Suisse

C'est un rapport dont les banques françaises se seraient bien passées. Ce mardi, la commissaire européenne responsable de la Protection des consommateurs, Meglena Kuneva, doit présenter son rapport sur la transparence des prix en matière de comptes bancaires. Et en l'espèce, la France affiche un piètre bilan.

Des frais de compte courant élevés
Selon ce rapport, que 20minutes.fr a pu consulter, la France est en effet l'un des pays européens où les comptes bancaires sont le plus cher. «Cela est dû à une combinaison de charges annuelles élevées et (...) du prix élevé des cartes de crédit», analyse le document. En somme, la gestion des comptes (ouverture, fermeture, virements, gestions sur Internet) coûte plus cher en France que dans la plupart des pays européens. Mais la France n'est pas seule. L'Autriche, l'Italie et l'Espagne sont également visés. Interrogé par 20minutes.fr, Cédric Musso, directeur des relations institutionnelles d'UFC-Que Choisir, explique que les banques françaises ont pour spécificité de proposer «un package, avec - en supplément - toute une kyrielle de frais. Après un certain nombre de retrait dans d'autres banques, par exemple, il y a des frais supplémentaires (...) qui sont noyés dans une série d'opérations.»

Des informations difficiles à comprendre
La Commission européenne souligne également qu'un tiers des consommateurs européens sont incapables de comparer les offres en matière de comptes courants. Les experts expliquent qu'au moment de rédiger leur rapport, ils ont eux-mêmes été obligés d'appeler les banques dans deux cas sur trois pour avoir des clarifications. Pour les consommateurs, les choses ne sont donc pas beaucoup plus claires et 79 % des citoyens de l'UE souhaitent des informations normalisées, claires et comparables. En ce qui concerne la France, Cédric Musso rappelle que même si elle a fait un effort avec le «récapitulatif annuel de frais bancaire», il y a toujours un «véritable problème de transparence».

Des conseils qui n'aident pas toujours
La transparence est d'autant plus difficile en matière de frais cachés que ceux qui vendent les produits financiers ne comprennent pas toujours suffisamment bien ces produits pour conseiller efficacement les consommateurs.
Pour remédier à ces problèmes, le commissaire chargé du marché intérieur, Charlie McCreevy, a souligné que «la Commission est déterminée à venir à bout de ces problèmes, ce qui implique d'imposer la transparence par une information compréhensible et comparable et de fixer des règles de base pour la conduite des affaires.» De son côté, l'association française des banques (AFB) n'avait toujours pas réagi à ce rapport auprès de 20minutes.fr ce mardi après-midi.

Et vous, comprenez-vous tous vos frais bancaires?

Vous êtes nombreux à vous prononcer sur ce sujet. «Les banquiers sont visionnaires, il y a longtemps qu'ils appliquent la taxe carbone, frais de tenue de compte disent-ils», plaisante par exemple Laura. «Après avoir "testé" la plupart des banques françaises, témoigne quant à lui LesDixDeNantes, je suis maintenant depuis près de 20 ans à La Banque Postale et là, pas de surprise pour des frais "annexes".» Dajames écrit ceci: «Je suis conseiller financier dans une banque alors nécessairement je défends ma profession. Des efforts ont été effectués pour l'information à la clientèle. Vous pouvez par exemple retrouver les tarifs particuliers sur le site internet de la banque. En revanche ce qui m'effare dans mon activité, c'est que certains clients ne connaissent jamais la position de leur compte (alors souvent débitrice) et ne lisent pas leur contrat...»