Affaire Faurisson: Dieudonné fait son show devant la justice

POLEMIQUE Il est jugé pour «injures raciales»...

E. L. avec Laure de Charette, envoyée spéciale au procès

— 

 Dieudonné le 4 février 2009
 Dieudonné le 4 février 2009 — SICHOV/SIPA

L'humoriste très controversé est de retour devant la justice. Dieudonné comparaît ce mardi en correctionnelle pour avoir accueilli l'historien révisionniste Robert Faurisson sur la scène du Zénith le 26 décembre 2008. Il lui avait alors fait remettre «le prix de l'infréquentabilité» par une personne déguisée en déporté juif.

Cette nouvelle provocation avait provoqué un tollé dans le monde associatif et politique. Conséquence de cet épisode, les spectacles de Dieudonné avaient été annulés les uns après les autres. Aujourd'hui, il est jugé pour «injures publiques commises à l'encontre d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée». L'historien négationniste est lui aussi poursuivi.

Un spectacle de mauvais goût


Lorsqu'il fait son apparition au tribunal, Dieudonné arrive, tout sourire, en chemise bleue, accompagné d'amis et d'un garde du corps. Une troupe plutôt bruyante qui se gausse pendant l'audience, éclatant de rire ici, demandant là «le bûcher» pour le juge. Ambiance.

L'intéressé fait alors son show, demandant aux journalistes de venir assister à son prochain spectacle plutôt que celui-ci. «Je suis un peu étonné d'être ici, je n'ai rien à y faire, je n'ai pas à commenter une oeuvre artistique», commence-t-il. Puis il invoque la liberté d'expression: «Ce qui m'est reproché est fantaisiste», dit-il.

En filigrane, Dieudonné accuse les associations qui ont porté plainte contre lui, comme la Licra (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme), de s'être sucrées sur son dos.

Le lanceur de chaussures irakien en guest star?

Et de prétendre nier ce qu'est le négationnisme. «Cela ne m'intéresse pas, je ne savais même pas très bien que Faurisson l'était. De toute façon, j'inviterai un nouvel infréquentable pour mon spectacle le 26 décembre prochain». C'est Moountazer al-Zaïdi, le journaliste irakien rendu célèbre pour son lancé de chaussures contre Bush, qui devrait servir de cadeau de Noël.

Démêlés avec la justice

Ce n'est pas la première fois que Dieudonné affronte la justice. En novembre 2007, il avait été condamné à 5.000 euros d'amende pour avoir comparé les «juifs» à des «négriers» dans le Journal du Dimanche du 8 février 2004.

Un an plus tard, il avait été condamné pour «diffamation publique à caractère racial» après s'en être pris au «lobby sioniste, qui cultive l'unicité de la souffrance» et à la «pornographie mémorielle», du souvenir de la Shoah en 2005, lors d'une conférence de presse à Alger.

Voir la vidéo de Dieudonné invitant Robert Faurisson sur scène:



>> En raison de débordements, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.