La romance romancée de Giscard d'Estaing et Lady Di

LITTERATURE L'ancien président va publier un roman qui laisse entendre qu'il aurait pu avoir une aventure avec la princesse Diana...

Julien Ménielle

— 

Valéry Giscard d'Estaing et Lady Di, de passage à Paris, le 28 novembre 1994.
Valéry Giscard d'Estaing et Lady Di, de passage à Paris, le 28 novembre 1994. — SIPA

C'est un beau roman, c'est une belle histoire que celle de l'idylle entre Valéry Giscard d'Estaing et Lady Di. L'ancien président de la République s'apprête à publier un ouvrage, intitulé La Princesse et le Président, racontant l'histoire d'amour dans les années 80, de Jacques-Henri Lambertye, chef d'Etat français, et de la «princesse de Cardiff» Patricia. Une passion décrite comme «violente» par Le Figaro, qui a eu accès à l'ouvrage dont il est difficile de démêler le faux du vrai.

Il s'avère même impossible de savoir s'il s'agit bien d'un roman. Les éditions XO, contactées par 20minutes.fr, ont tout juste consenti à admettre que «le Figaro est bien informé». Mais la maison assure qu'«aucun ouvrage n'est disponible» et qu'«aucune épreuve n'a été tirée».

Editée par le gendre de Giscard

«Promesse tenue», écrit VGE au début de son roman comme pour semer un peu plus le trouble. Il raconte ensuite la rencontre au palais de Buckingham, pendant un dîner officiel, entre un président veuf et une princesse malheureuse dans son couple à cause de la relation extraconjugale à laquelle son mari refuse de renoncer. Le portrait de «Patricia» présente des similitudes évidentes avec Diana, jusque dans son engagement pour les enfants atteints du Sida et contre les mines antipersonnelles.

Le roman doit être publié début octobre, co-édité par Fallois et les éditions XO. Laquelle maison est dirigée par Bernard Fixot, le gendre de l'ancien président, ce qui aurait dans un premier temps poussé l'auteur, d'après Marianne, à vouloir changer d'éditeur. Mais devant l'insistance de celui-ci, Giscard aurait fini par céder. Ce qui promet des repas de famille pour le moins animés.