Des éléments pour fabriquer un engin explosif découvert à la prison de Meaux

SECURITE Une enquête est ouverte...

— 

Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête après la découverte à la prison de Meaux (Seine-et-Marne) de «divers éléments et substances» pouvant permettre de fabriquer un engin explosif, a annoncé vendredi le porte-parole de la Chancellerie, Guillaume Didier.

Dans la cellule d'un détenu

«Il ne s'agit pas que d'une liste et de sucre, il est faux de dire ça», a affirmé à l'AFP Guillaume Didier, démentant les informations du secrétaire régional de l'Ufap, premier syndicat de surveillants de prison. «Ce sont bien divers éléments et substances permettant de confectionner un engin explosif» qui ont été retrouvés jeudi dans la cellule d'un détenu de la maison d'arrêt de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne), a-t-il ajouté.

Jean-Philippe Thomas, secrétaire régional de l'Ufap, avait démenti auprès de l'AFP l'annonce faite par la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie jeudi lors du débat à l'Assemblée nationale sur le projet de loi pénitentiaire. «Il n'y a pas eu de découverte d'explosifs» à Meaux, mais la découverte d'une «liste manuscrite de produits pouvant entrer dans la composition d'explosifs», ainsi qu'un «circuit imprimé» et «une grosse quantité de sucre qui peut entrer dans une composition d'explosifs», a assuré Jean-Philippe Thomas.

Le porte-parole de la Chancellerie a précisé que le procureur de la République de Meaux avait été dessaisi de l'enquête au profit du parquet antiterroriste de Paris, des investigations qui devront déterminer la nature exacte des «éléments et substances» découverts. La direction antiterroriste de la PJ parisienne sera associée à l'enquête, selon lui.