Grippe A (H1N1): Plus de risques en famille ou au bureau que dans le métro

SANTE En cas pandémie, le secrétaire d'Etat aux Transports envisage malgré tout un niveau de service comparable au mois d'août...

C. F. avec agence

— 

Nouvel épisode dans la bataille du "Grand Paris", le président PS d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon a annoncé lundi le lancement d'un plan de financement de ses propres projets de transports, sans l'Etat, alors que Nicolas Sarkozy doit évoquer la question fin avril.
Nouvel épisode dans la bataille du "Grand Paris", le président PS d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon a annoncé lundi le lancement d'un plan de financement de ses propres projets de transports, sans l'Etat, alors que Nicolas Sarkozy doit évoquer la question fin avril. — Miguel Medina AFP/Archives

Vous vous jetez sur votre solution hydro alcoolique après le moindre trajet en métro? Vous regardez avec suspicion le moindre passager qui éternue? Ce n'est pourtant pas dans les transports en commun que vous risquez le plus de contracter la grippe A (H1N1), mais plutôt en famille, au bureau ou à l'école. C'est ce qu'affirme ce jeudi l'épidémiologiste Antoine Flahault. >> Pour lire son interview, cliquez ici
 
Lors d'une table ronde organisée à la Cité des sciences à Paris, le directeur de l'Ecole des hautes études de santé publique (EHESS) a mis en garde contre des peurs exagérées, relevant qu'un adulte infecté par le nouveau virus le transmet à moins de deux personnes en moyenne. Un enfant, qui est davantage un «bouillon de culture» pour le virus, peut contaminer quatre personnes.
 
>> Retrouvez tous nos articles sur la grippe A (H1N1) en cliquant ici
 
C'est ce qu'on appelle le «taux de reproduction» du virus. Par comparaison, pour la rougeole, il est de 20. C'est-à-dire que, dans une crèche, un bambin malade peut en contaminer 20 autres.
 
Pas de quoi paniquer, donc, en croisant un passant dans la rue: Patrick Zylberman, historien de la médecine, a relevé la «grande créativité humoristique de nos contemporains». Il a cité «le cas d'un maire qui veut interdire par arrêté à ses concitoyens de s'approcher à moins de 2 mètres dans la rue durant la pandémie».
 
La contamination survient à 20% dans les écoles, à 30% à 40% chez soi, dans la famille, a-t-il relevé, en résumant les caractéristiques de récentes pandémies grippales.
 
>> Pour comprendre les raisons de limiter la propagation du virus, cliquez ici
 
Réduction des moyens de transports quand même
 
Malgré tout, les précautions sont de rigueur. Le gouvernement vise ainsi un niveau de service comparable à celui du mois d'août dans les transports en commun en cas de pandémie de grippe H1N1. Il n'envisage toutefois pas leur arrêt total, a indiqué ce jeudi le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.
 
Un premier cercle de 50.000 personnes indispensables au bon fonctionnement des transports a été identifié et il leur sera proposé un vaccin en priorité le moment venu, a précisé le ministre.