Fumer ou travailler, il faut choisir

C. F.

— 

De leur côté, les anti-tabacs préconisent essentiellement une hausse des prix du tabac pour faire reculer la consommation.
De leur côté, les anti-tabacs préconisent essentiellement une hausse des prix du tabac pour faire reculer la consommation. — Thomas Coex AFP/Archives

Voilà de quoi raviver les vieilles rancoeurs entre fumeurs et non fumeurs. Selon une étude de l'institut CSA Santé dévoilée ce jeudi, rapporte Le Figaro, les premiers seraient moins performants au travail.

Selon le quotidien, le portrait des salariés accros à la cigarette fait dans cette enquête est peu flatteur: ils seraient moins productifs, moins concentrés, en retard et plus souvent malades. Il apparaît surtout que les fumeurs multiplient les pauses pour aller s'en griller une, le plus souvent dehors. Selon le professeur Bertrand Dautzenberg, de l'Office français de prévention du tabagisme (OFT), «ceux qui fument un paquet quotidiennement font huit pauses dans la journée, soit environ 80 minutes d'arrêt».

De quoi inciter les entreprises, selon Le Figaro, à prendre en charge la dépendance à la nicotine de leurs employés.