Les victimes des attentats de 1995 « attendent toujours la vérité »

Vincent Vantighem

— 

Croquis de Rachid Ramda, hier,à la cour d'appel de Paris.
Croquis de Rachid Ramda, hier,à la cour d'appel de Paris. — B. PEYRUCQ / AFP

Ils sont arrivés en ordre dispersé. Les premiers avec des photos de leurs défunts. Les autres, les yeux embués. Les proches des victimes des attentats de 1995 ont assisté, hier, dans le calme à la première journée du procès en appel de Rachid Ramda. Considéré comme le financier des attentats qui ont fait huit morts et 150 blessés à Paris, l'islamiste algérien a été condamné à perpétuité en première instance en 2007.

« Pendant un mois, il va encore nous dire qu'il n'a rien fait, prophétise Richard, 65 ans, dans la salle des pas perdus. J'espère juste que ce sera le dernier procès. Que l'on pourra enfin faire notre deuil de tout ça. » Passager de la rame du RER B qui a explosé à Saint-Michel, Richard a perdu 20 % de son audition ce jour-là. Et beaucoup d'heures de sommeil depuis. « Je fais toujours des cauchemars. Je suis devenu irritable. »

Cheveux ras et barbe épaisse, Rachid Ramda est, lui, apparu souriant. Juché sur des béquilles en raison d'une entorse, il n'a pas rechigné à décliner son identité à la cour d'assises spéciale. En face, Isabelle préfère regarder le plafond. Depuis les événements, elle est « moins résistante au stress ». Mais, comme les autres parties civiles, elle a fait l'effort de se déplacer. « On risque d'avoir le même procès qu'en 2007, déplore Julien Dreyfus, avocat de quatre victimes. C'est dommage. Mes clients attendent toujours la vérité. » Elle aurait pu venir de Jean-Louis Debré. Mais le ministre de l'Intérieur de l'époque a décliné l'invitation de la cour, qui voulait le faire témoigner. « Compte tenu de mes engagements, je ne pourrai pas me rendre au tribunal », a simplement écrit aux juges le président du Conseil constitutionnel. Serrées sur les bancs de la salle d'audience, les parties civiles chercheront donc la vérité ailleurs. Ils ont un mois pour la trouver. W