« La voiture coûte moins cher à la collectivité »

— 

S. ORTOLA / 20 MINUTES

Pensez-vous que le prix des transports publics augmentera ces prochaines années ?

Les fonds publics ne sont pas infinis, donc c'est sans doute l'usager qui paiera, que ce soit par l'impôt ou via le prix du ticket. Mais il faudrait tout de même s'interroger sur le coût pour la collectivité des transports publics urbains (TPU). C'est un mode de transport adapté au centre-ville - et tout ce qui devait être fait a été fait -, pas à la banlieue. En dehors des centres urbains, il est peu rentable.

Pourtant on entend dire qu'il faut densifier ces proches banlieues, il faudra donc bien y développer une offre de transports ?

Mais les gens, eux, veulent s'éloigner pour trouver des terrains moins coûteux. La réalité, c'est que l'on se déplace en banlieue deux fois plus vite en voiture qu'en transport en commun, et que cela coûte beaucoup moins cher à la collectivité.

Vous ne croyez donc pas à un développement massif des TPU ces prochaines années ?

Cela peut être nécessaire selon les besoins des collectivités, mais il y a quand même des projets déraisonnables en cours, que l'on ne devrait pas faire. Le tramway par exemple coûte très cher, et souvent ne sert qu'à donner une image de modernisme au maire de la ville, dans un but électoral.

Le projet de Nicolas Sarkozy, qui consiste à verser 35 milliards d'euros pour les transports dans le Grand Paris vous paraît-il aussi déraisonnable ?

Le Président a la dépense facile, mais cela peut se révéler raisonnable économiquement car il y a de grands pôles d'emploi. L'Ile-de-France représente un marché du travail considérable qu'il n'est pas absurde de vouloir développer pour créer de la richesse. W

Recueilli par M. B.