Martine Aubry: «La priorité c'est de rassembler la gauche»

POLITIQUE La première secrétaire du parti socialiste était reçue dimanche par Marie-George Buffet à la Fête de l'Humanité...

Avec agence

— 

La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry arrive accompagnée de (GàD) de Francis Parny (PCF), Jean-Paul Huchon (PS) et de Claude Bartolone, le 13 septembre 2009 à La Courneuve près de Paris, lors de la Fête de l'Humanité.
La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry arrive accompagnée de (GàD) de Francis Parny (PCF), Jean-Paul Huchon (PS) et de Claude Bartolone, le 13 septembre 2009 à La Courneuve près de Paris, lors de la Fête de l'Humanité. — MI. MEDINA / AFP

Martine Aubry a assuré dimanche, au côté de Marie-George Buffet (PCF), que la «priorité» était «le rassemblement à gauche», et que dans cet objectif, le PS était «prêt» à participer aux ateliers proposés par le PCF. La première secrétaire du PS, accompagnée par Claude Bartolone et François Lamy, était reçue par la numéro un communiste sur le stand du PCF à la Fête de L'Humanité qui s'achève dimanche à la Courneuve (Seine-Saint-Denis).

«La priorité, c'est le rassemblement de la gauche, c'est toujours ce que j'ai dit (...) tous les socialistes sont d'accord là-dessus», a-t-elle affirmé lors d'un point-presse avec Mme Buffet. «Marie-George a appelé à un grand rassemblement de la gauche. Nous y sommes prêts», a-t-elle poursuivi, parlant de «calendrier d'actions communes», notamment sur la défense de La Poste, l'emploi ou la préparation du sommet sur le climat de Copenhague.

Alliance avec le MoDem ?

Le PS participera également aux ateliers thématiques proposés par le PCF sur le «projet» en octobre. «La politique, ce n'est pas les belles photos» mais «les idées et le projets», a lancé la patronne du PS, ajoutant que «c'est sur les idées et les valeurs que nous gagnerons en 2012». Interrogée sur une éventuelle alliance avec le MoDem, Mme Aubry a répondu : «Si François Bayrou dit qu'il n'est plus de droite, je n'ai pas encore pu vérifier qu'il était à gauche». Et Marie-George Buffet de renchérir : «on n'a pas intérêt à se tourner vers le MoDem» car c'est «aller droit à la défaite».

A son arrivée dans les allées de la Fête, Mme Aubry, entourée d'une cohue médiatique, a été accueillie par des militants criant «à gauche, vraiment à gauche», «pas d'union avec le MoDem!». Quelques très courts sifflets ont également été entendus, rien de comparable avec les insultes et les sifflets qu’a subi Frédéric Mitterrand la veille.