Un peu moins de deux mille femmes portent la burqa en France

SOCIETE C'est le nouveau chiffre avancé par un rapport du ministère de l'Intérieur...

E. L.

— 

Une femme en burqa à Saint-Denis.
Une femme en burqa à Saint-Denis. — SIMON ISABELLE/SIPA

Combien de femmes portent le voile intégral en France? Un rapport jusque-là confidentiel du ministère de l’Intérieur, et que le Figaro a consulté, rapporte que le «chiffre de moins de 2 000 femmes paraît crédible».

Bataille de chiffres

En juillet dernier, une note de la sous-direction de l'information générale évoquait de son côté le chiffre très précis de 367 femmes. Une autre étude du ministère de l’Intérieur, émanant cette fois de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), ne donnait pas d’estimation mais évoquait un phénomène marginal.

André Gerin, député PCF du Rhône et président de la mission parlementaire d'information sur le port de la burqa juge l’évaluation à 2.000 femmes «plus raisonnable, mais toujours sous-estimée». Dans les colonnes du Figaro, André Gerin estime toutefois que la burqa n'est pas qu'un «problème de nombre».

Avec la reprise des travaux de la commission, le port du voile intégral va sans aucun doute revenir au centre des préoccupations politiques. La question est de savoir si une interdiction est pertinente ou non.

Un rapport pour 2010

De leur côté, les représentants des musulmans se sont unanimement dits hostiles à une loi. Pour eux, le voile intégral est un phénomène ultra marginal et la question doit se régler entre musulmans, plutôt par la pédagogie que par l'interdiction. De même, selon un récent sondage, 86% de Français musulmans se déclarent hostiles à une loi réglementant le port du voile intégral.

La mission d'information, qui a commencé ses travaux le 8 juillet, doit entendre une série de spécialistes ou de personnes concernées par la question du voile (ethnologues, maires, spécialistes des religions, associations, etc). Elle rendra son rapport fin janvier 2010.

>>> En raison de débordements, nous nous voyons contraints de fermer cet article. Merci de votre compréhension.