Inquiétés par Woerth, les évadés fiscaux rentrent au bercail

Avec agence

— 

Le gouvernement "s'opposera à l'assemblée générale au versement de ce parachute doré", a affirmé Luc Chatel, son porte-parole tandis que le ministre du Budget, Eric Woerth a demandé à M. Morin de renoncer à son indemnité.
Le gouvernement "s'opposera à l'assemblée générale au versement de ce parachute doré", a affirmé Luc Chatel, son porte-parole tandis que le ministre du Budget, Eric Woerth a demandé à M. Morin de renoncer à son indemnité. — Martin Bureau AFP/Archives

La menace a fonctionné. Le ministre du Budget, Eric Woerth, a affirmé mardi soir sur France 2 que la section spéciale du ministère de l’Economie consacrée aux évadés fiscaux connaissait un véritable succès. «On a un peu plus d’une quarantaine d'appels par jour dans la cellule de régularisation», a indiqué le ministre.

Fin août, Eric Woerth avait annoncé qu’il disposait une liste de 3.000 personnes possédant des comptes bancaires non déclarés en Suisse. Le ministre avait prévenu qu’il transmettrait leurs dossiers à la justice si elles ne contactaient pas Bercy avant la fin de l’année. Une partie de ces contribuables fugitifs ont ainsi pris contact avec le ministère pour négocier un redressement à l’amiable.

Les avocats fiscalistes au cœur du sujet

Le ministre du Budget a salué le retour à la raison des avocats fiscalistes, complices selon lui de ces évasions fiscales. «L'avocat qui disait avant, "vous en faites pas, c'est pas la peine, ils ne remonteront jamais jusqu'à plus loin", sait aujourd'hui que le monde est en train de changer», a-t-il ajouté.

Ces juristes connaîtraient par ailleurs une hausse de leur activité ces derniers jours en raison de l’inquiétude des contribuables. 

Le ministre du Budget en a profité également pour relancer un appel aux évadés fiscaux manquant encore à l’appel: «Régularisez votre situation quand vous êtes un contribuable français, rapatriez votre argent en France parce que c'est de l'emploi.»