Les élus veulent aussi revoir le Code de la route

— 

Le Club des villes cyclables souhaitela généralisation des pistes à contresens.
Le Club des villes cyclables souhaitela généralisation des pistes à contresens. — G. VARELA / 20 MINUTES

Mesure phare du « plan national vélo » réclamé par le Club des villes cyclables : l'adaptation du Code de la route. « Il ne favorise pas la pratique du vélo », affirme l'adjoint strasbourgeois aux déplacements, Alain Jund, qui veut la « généralisation du « tourne à droite», expérimenté depuis février 2008 à Strasbourg et depuis trois mois à Bordeaux. » Il s'agit d'un dispositif visuel clignotant, installé aux feux tricolores, qui autorise les cyclistes à poursuivre leur chemin vers la droite même si le feu est rouge, à condition de laisser la priorité aux piétons. Menée depuis un an et demi sur cinq carrefours de l'agglomération strasbourgeoise, l'expérimentation est jugée « positive » par Olivier Bitz, maire adjoint en charge de la Circulation, qui attend l'autorisation de la Délégation interministérielle à la sécurité routière pour l'étendre à une dizaine d'autres carrefours.

Le Club des villes cyclables souhaite également la généralisation des pistes à contresens. « Plusieurs facteurs freinent la pratique du vélo, parmi lesquels la peur de l'accident et les difficultés de circulation », rappelle le président du club, Jean-Marie Darmian. Une appréhension qui serait toutefois exagérée. Selon la Mairie de Paris, le nombre de cyclistes accidentés a baissé de 8,5 % entre 2007 et 2008, et de 5,5 % entre 2008 et le premier trimestre 2009, malgré l'arrivée de plus de 20 000 Vélib' dans la capitale. W

M. B.