«Graves irrégularités» dans le cadre du trafic présumé de diplômes à Toulon

UNIVERSITE Valérie Pécresse a demandé la saisine de la section disciplinaire du conseil de l'université...

Avec agence

— 

«La responsabilité du président de l’université est engagée» a estimé la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. Ses déclarations font suite aux conclusions de l'enquête administrative qu’elle avait commandée dans l'affaire du trafic présumé de diplôme à l'université de Toulon. La ministre a donc demandé au recteur de l’académie de Nice, Christian Nique, de saisir la section disciplinaire du conseil d’administration de l’université.

Selon le ministère, «le rapport de l’inspection générale de l’administration de l’Education nationale et de la Recherche a en effet mis en lumière de graves irrégularités dans l’application des textes réglementaires régissant la procédure d’admission des étudiants étrangers et de validation de leurs études».

Une affaire de trafic présumé de diplômes

Ca rapport doit maintenant être transmis au procureur de la République, dans le cadre de l’enquête judiciaire qui court depuis le printemps. Une information judiciaire avait été ouverte en mars au pôle économique et financier du tribunal de grande instance (TGI) de Marseille.

Selon une source proche du dossier alors interrogée par l'AFP, celle-ci faisait suite à une dénonciation sans preuve d'un professeur toulonnais qui affirmait que «plusieurs dizaines» d'étudiants chinois avaient obtenu des licences et des masters contre de l'argent. Plusieurs personnes avaient alors été auditionnées et des perquisitions effectuées dans les locaux de l'université le 9 avril.

Le président de l’université de Toulon reçu à Paris

L'université de Toulon, a tenu à préciser que son Président, Laroussi Oueslati était ce mardi au ministère, en compagnie des trois vice-présidents de l'établissement.

Une information confirmée par le ministère. Selon ce dernier, Laroussi Oueslati a été reçu, avec ses vice-présidents, par le directeur général de l'enseignement supérieur et le directeur de cabinet adjoint de Mme Pécresse, «pour être informé du contenu du rapport d'enquête». Il était prévu initialement que le président de l'université vienne seul à ce rendez-vous, précise-t-on.