Cacophonie autour des chiffres de la grippe A (H1N1)

SANTE Personne ne recense la même chose, et on se perd dans les annonces...

J. M. avec agence

— 

Un masque anti-grippe A (H1N1)
Un masque anti-grippe A (H1N1) — SIMON ISABELLE/SIPA

C'est le grand flou autour des chiffres de la grippe A (H1N1) en France: 5.000, 20.000 nouveaux cas par semaine, les experts ne parviennent pas à s'accorder. En cause: les modes de calcul, qui varient d'un organisme à l'autre, notamment depuis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a changé la donne.

>> Retrouvez tous nos articles sur la grippe A (H1N1) en cliquant ici.

Jusqu'au mois de juillet, tous les cas avérés, avec prélèvement positif, étaient répertoriés. Mais devant l'impossibilité d'effectuer ces tests systématiquement, la France a suivi les conseils de l'OMS et ne répertorie plus officiellement que les cas groupés (trois cas minimum). L'Institut de veille sanitaire (InVS) publie donc chaque semaine un décompte, basé sur une synthèse des chiffres communiqués par différents réseaux de surveillance.

Le réseau des Groupes régionaux d'observation de la grippe (Grog) est un de ceux-là. Pour la dernière semaine d'août, son directeur, Jean-Marie Cohen, a estimé à 23.000 le nombre de nouveaux cas. De son côté, l'inVS a annoncé 17 épisodes de cas groupés signalés et estime à 5.000 le nombre de patients vus en consultation de médecine de ville pour une grippe clinique A (H1N1).

Différentes méthodes, différents angles

Les chiffres du Grog sont une «fourchette haute», selon Françoise Weber, directrice de l'InVS, qui a rappelé que chaque réseau utilise des «méthodes différentes» et ne surveillent pas la situation tout à fait sous le même angle. D'où l'écart entre les chiffres et l'intérêt de croiser les données. Mais sur ce point, difficile d'en savoir plus: contacté par 20minutes.fr, l'InVS n'a pas souhaité commenter les chiffres et annonce une communication à venir sur le sujet.

Une seule chose est sûre, comme l'a rappelé lundi Françoise Weber: la France se trouve actuellement dans une tendance «très nette» à l'augmentation rapide du nombre des cas de grippe A (H1N1).