LA Loire-Atlantique réserve ses cars aux fluokids

— 

Le conseil général de Loire-Atlantique va distribuer 30 000 gilets d'ici à novembre.
Le conseil général de Loire-Atlantique va distribuer 30 000 gilets d'ici à novembre. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Quelques jours après la rentrée au collège de Rezé, près de Nantes, Julien et ses amis attendent le car. A première vue, rien ne les distingue des élèves qui s'apprêtent à enfourcher scooters ou vélos. A partir du 5 novembre, il en sera peut-être autrement. Tous les collégiens et lycéens utilisant le réseau de transport scolaire départemental devront en effet porter un gilet jaune fluo pour monter et descendre du car. Cette mesure du conseil général de Loire-Atlantique est pour l'instant unique en France. Objectif : renforcer la visibilité des adolescents aux abords du car, une zone considérée « particulièrement à risque ».

Le gilet devra être présenté au chauffeur. A défaut, des sanctions « allant de l'avertissement à l'exclusion temporaire » seront prises. Près de 30 000 gilets seront distribués ces prochaines semaines, aux frais du conseil général (60 000 euros). Le cadeau ne provoque pas l'enthousiasme des ados. « C'est n'importe quoi. On est assez grands pour faire attention aux voitures », critique Julien. « C'est une bonne idée pour la sécurité, mais faudrait aussi l'imposer à ceux qui rentrent chez eux à pied ou à vélo », suggère un autre élève. « Un gilet jaune, c'est la honte, ricane un troisième. On le mettra devant le chauffeur et on l'enlèvera juste après. » Du côté des parents, on approuve l'initiative, mais on doute de son application. « Personne ne pourra vérifier s'ils portent le gilet dans la rue. Dans le car, il ne sert pas à grand-chose », estime Thierry. « Les enfants sont en danger, surtout dans les zones rurales et quand il fait sombre, insiste Christiane Allain, secrétaire générale de la FCPE. Le port du gilet, c'est aussi une question d'éducation. Quand on a rendu obligatoire le casque sur les cyclos, il y avait déjà beaucoup de sceptiques. » W

à Nantes, Frédéric Brenon