Décès d'un deuxième soldat français après l'attaque du convoi de vendredi

AFGHANISTAN Le caporal-chef Stéphane Rousselle est mort des suites de ses blessures...

20minutes.fr, avec agence

— 

Un convoi a été attaqué à Bagram, en Afghanistan.
Un convoi a été attaqué à Bagram, en Afghanistan. — IDE

Un soldat français blessé vendredi après l'explosion d'une bombe en Afghanistan est décédé dimanche des suites de ses blessures, a révélé le ministère de la Défense à Paris. Ce soldat du 3e Régiment d'infanterie de marine, dont l'identité n'a pas été communiquée, avait été rapatrié en Allemagne dans la nuit de vendredi à samedi par un avion militaire américain et hospitalisé sur la base américaine de Ramstein.

Le caporal-chef Stéphane Rousselle, 30 ans, était marié et avait une petite fille de trois ans, a indiqué l'armée de terre dans un communiqué. Il s’était engagé au 3e Régiment d’infanterie de marine de Vannes en avril 1998, a précisé le Service d'informations et de relations publiques de l'armée de terre (SIRPA Terre).

Durant ses onze années de service, il avait notamment participé à la force de stabilisation (SFOR) en Bosnie-Herzégovine en 2000, à l’opération Pamir en Afghanistan en 2004, à l'opération Licorne en Côte-d’Ivoire en 2004 et 2006, à l’opération Trident au Kosovo en 2005 et à l’opération Boali en République centrafricaine en 2008.

Pour sa seconde mission en Afghanistan, où il était arrivé fin mai 2009, il occupait les fonctions de radio-tireur sur un véhicule de l'avant blindé (VAB), toujours selon le SIRPA Terre.

Trois autres blessés, les plus grièvement touchés par l'explosion qui visait un convoi blindé français vendredi dans l'est de l'Afghanistan, avaient été rapatriés de la même manière et cinq sont toujours hospitalisés à Kaboul. L'attaque avait déjà fait un mort, un caporal de 24 ans.

«Cette attaque meurtrière endeuille une nouvelle fois notre pays tout entier. Le chef de l'Etat tient à adresser ses condoléances attristées à la famille du défunt et lui dire toute sa compassion», écrit le Nicolas Sarkozy dans un communiqué publié ce dimanche par l'Elysée.

Le ministre de la Défense Hervé Morin a fait part de sa «grande émotion» dimanche dans un communiqué après la mort du second soldat, exprimant «sa plus grande reconnaissance à l’égard de ce militaire qui a courageusement donné sa vie au service de la France et de la paix».