Des trésors de diplomatie à La Courneuve

Sophie Cois Photos : Sébastien Ortola

— 

La valeur des 80 kilomètres linéaires de documents de ce centre des archives est estimée à 5 milliards d'euros.
La valeur des 80 kilomètres linéaires de documents de ce centre des archives est estimée à 5 milliards d'euros. —

Un ministre des Affaires étrangères en visite en banlieue parisienne.

La Courneuve n'est pas devenue une destination exotique, mais Bernard Kouchner s'y rendra aujourd'hui pour l'inauguration du tout nouveau Centre des archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères. Situé juste à la sortie du RER, le bâtiment est énigmatique vu de l'extérieur. Le laconique « Affaires Etrangères Archives Diplomatiques », visible à l'entrée ne laisse pas présager des trésors contenus dans ces archives.

De source diplomatique, la valeur du patrimoine réuni à La Courneuve atteindrait 5 milliards d'euros. En provenance principalement du Quai d'Orsay à Paris, ce sont près de 80 kilomètres linéaires d'archives qui ont été déménagés dans ce nouveau centre. Une opération qui aura duré plus de deux ans et qui « n'est pas encore totalement terminée, indique Jean Mendelson, le directeur des archives. La totalité doit arriver d'ici à juin 2010. » Un fonds de documents extrêmement riche, qui compte aussi bien des traités royaux, un atlas du XVIe, que des textes signés par Nicolas Sarkozy.

C'est en 2000 qu'Hubert Védrine, alors ministre des Affaires Etrangères, a choisi La Courneuve. Le ministère souligne d'ailleurs que c'est la première fois qu'un centre de cette importance est délocalisé en banlieue. Un changement de décor plutôt bien accepté par la centaine de fonctionnaires qui travaillent aux archives. « Les gens n'étaient pas forcément emballés à l'idée de venir ici, mais maintenant qu'ils sont dans le bâtiment, ils ont changé d'avis, explique Jean Mendelson. Ce déménagement était nécessaire, les conditions d'accueil des chercheurs au Quai d'Orsay étaient vraiment déplorables, et la conservation des archives n'était pas optimum. »

Du côté de la mairie de La Courneuve, l'arrivée de ce centre ministériel a été bien accueillie. « Avoir un grand centre public ici a joué pour les investissements, explique le maire Gilles Poux. Cela a permis de mettre cette zone en valeur, où il y a maintenant une maison de retraite et une résidence étudiante. » Mais si la municipalité a été associée au projet, les habitants de La Courneuve, eux, ne savent pas tous ce que contient ce nouveau centre. Sandra ignorait l'arrivée des archives dans sa ville, mais elle se réjouit de cette nouveauté. « C'est plutôt bien que des fonctionnaires viennent voir La Courneuve de plus près, ça pourrait leur montrer ce qu'il se passe vraiment ici, et à quel point la sécurité, c'est zéro ! » Arnaud, lui, a déjà noté les premiers changements : « Avant, il y avait des jeunes qui traînaient dans le coin. Mais maintenant, c'est plus les policiers que je vois passer. » W