Les hôpitaux de Paris mis en examen

JUSTICE L'Assistance publique est poursuivie pour homicides involontaires après l'épidémie de légionellose qui a touché en 2000 l'hôpital parisien Georges-Pompidou...

Avec agence

— 

Sept blocs opératoires étaient fermés mercredi à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris après un incendie d'origine électrique mardi dans un local technique situé au premier sous-sol, a indiqué une porte-parole de l'AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris).
Sept blocs opératoires étaient fermés mercredi à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris après un incendie d'origine électrique mardi dans un local technique situé au premier sous-sol, a indiqué une porte-parole de l'AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris). — Stéphane De Sakutin AFP/Archives

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été mise en examen mardi, notamment pour homicides involontaires, dans l'enquête sur l'épidémie de légionellose qui avait touché l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris en 2000-2001, a-t-on appris de source judiciaire.

L'AP-HP est poursuivie en tant que personne morale pour homicide involontaire, mise en danger de la vie d'autrui par une violation manifestement délibérée d'une obligation de sûreté ou de prudence et blessures involontaires, selon cette source, confirmant une information du site du Figaro.

Des manquements soulignés

Il s'agit de la première mise en cause depuis l'ouverture de l'enquête au printemps 2001. Elle fait suite à la remise à la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy d'un rapport d'expertise soulignant les manquements de l'AP-HP lors de la mise en place des installations d'eau chaude sanitaire, selon cette source.

L'AP-HP aurait ainsi eu recours à des tuyaux en acier galvanisé, qui risquaient de s'éroder au contact de l'eau chaude malgré les mises en garde des sociétés spécialisées.

Deux vagues d'infections

L'hôpital Pompidou, ouvert en juillet 2000, avait connu un premier épisode infectieux entre la fin de l'année 2000 et le début de l'année 2001. Une mission d'experts avait conclu en mars qu'après les mesures prises le risque était «maîtrisé».

Mais une deuxième vague d'infections avait été constatée entre la fin du mois de juin et le début du mois de juillet 2001. Au total, une dizaine de patients hospitalisés dans l'établissement avaient contracté la légionellose. Cinq sont morts.
Legionella

C'est la bactérie à l'origine de l'infection. Elle se multiplie de façon optimale dans l'eau à 37 degrés. Elle s'épanouit notamment dans les circuits de distribution d'eau chaude et les systèmes de climatisation.