GRIPPE A (H1N1): Des sites plus fébriles face à l'épidémie

EPIDEMIE Casernes, prisons, hôpitaux, 20 Minutes dévoile le dispositif dans les lieux sensibles...

Vincent Vantighem

— 

Les hôpitaux pourront ouvrir des lits supplémentaires et réquisitionner du personnel.
Les hôpitaux pourront ouvrir des lits supplémentaires et réquisitionner du personnel. — R. BOUET / AFP

Plan de continuité d'activité. En quelques semaines, ces trois petits mots sont devenus le casse-tête des ministres et le guide de survie de la France. Tour d'horizon des dispositifs mis en place dans les sites sensibles en prévision d'un éventuel pic épidémique de grippe A.

Hôpitaux: Classés sites «référents», 450 hôpitaux sont chargés d'accueillir les malades présentant des complications. Et en cas de pic épidémique, le plan blanc «classique» sera déclenché. Il devrait permettre d'augmenter le nombre de lits et de réquisitionner du personnel supplémentaire. «C'est bien beau. Mais nous n'avons toujours que dix-huit respirateurs artificiels dans notre service, lâche le directeur d'un hôpital cardiologique. Et je ne sais pas ce que l'on fera quand le dix-neuvième malade arrivera...»

Prisons: Le luxe, c'est l'espace. Mais avec 64 000 détenus pour 51 000 places, les prisons en manquent cruellement. En cas de symptômes, l'administration pénitentiaire prévoit d'isoler les patients pendant sept jours. Si plus de cinq prisonniers sont atteints, c'est «une aile entière de l'établissement qui devra être vidée» pour isoler les malades et limiter la propagation du virus, comme l'a révélé l'un des détenus de la prison de Poissy (Yvelines) sur son blog.

Centrales nucléaires: Elles sont sans doute les mieux préparées à ce type d'événement. Pour preuve, EDF a déjà testé deux crises fictives en 2007 et 2008. En cas de pandémie, les agents indispensables au fonctionnement des sites viendront travailler avec des moyens de protection améliorés (masques, combinaisons). Les autres resteront «en réserve» chez eux. Mais ce plan peut fonctionner jusqu'à 40 % d'absents. Au-delà...

Armée: Pour le moment, «la grippe A n'a aucune incidence sur les opérations extérieures», nous a indiqué, mardi, l'état-major de l'armée française. Exercices, manoeuvres et opérations sont donc maintenus jusqu'à nouvel ordre.

Ports: Cet été, l'escale marseillaise du Voyager of the Seas a rappelé que le danger pouvait arriver par la mer. Dans les ports, chaque navire entrant doit envoyer une déclaration de santé avant d'accoster. Aux médecins des Drass d'évaluer ces déclarations et de les compléter le cas échéant par des contrôles.

Lieux de pouvoir

L'Assemblée nationale organise ce mercredi une réunion interne sur la grippe A. Le Sénat s'en est inquiété dès le mois de mai. Un stock de masques a été constitué. Une réunion est aussi prévue la semaine prochaine pour définir un plan de continuité d'activité.