En cas de besoin, le marché de Rungis se pique d'être déjà prêt

— 

Les employés du marché font partie 
des publics à vacciner en priorité.
Les employés du marché font partie des publics à vacciner en priorité. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

« Les Franciliens ne mourront pas de faim ! » Président des grossistes de Rungis, Christian Pépineau se veut rassurant. Selon nos informations, les 12 000 salariés qui alimentent chaque jour 18 millions de personnes feront partie des publics à vacciner en priorité. Le centre médico-social installé au coeur du marché d'intérêt national a même déjà commencé à s'organiser avec la préfecture du Val-de-Marne. « Les médecins se déplaceront directement dans les entrepôts pour que tout le monde y passe », prévoit déjà Christian Pépineau.

Et qu'importe si certains réfractaires échappent au dispositif, Rungis ne devrait pas fermer. Tout simplement parce que ses 232 hectares sont divisés en plusieurs hangars où certaines personnes ne se croisent jamais et donc ne se contaminent a priori jamais. « Il y a par exemple plus de trois cents grossistes en fruits et légumes, rappelle David Bourganel, de la Semmaris, le concessionnaire du site. Il n'y aura pas de rupture d'approvisionnement. Car les salariés ne peuvent pas tous tomber malades en même temps... » D'ailleurs, les accessoiristes installés dans les travées y veillent depuis quelques semaines. Ils ont trouvé une clientèle à portée de main à qui écouler tranquillement leur stock de masques médicaux. W

V. V.