Yemenia: la seconde boîte noire récupérée

ENQUÊTE es deux enregistreurs vont être analysés à Paris...

Avec agence

— 

Patrouilles françaises et comoriennes pour retrouver les débris de l'A310 de Yemenia.
Patrouilles françaises et comoriennes pour retrouver les débris de l'A310 de Yemenia. — T.MUKOYA/REUTERS

Les équipes de recherche ont récupéré la seconde boîte noire de l'Airbus A310 de la Yemenia qui s'était abîmé en mer le 30 juin près des Comores, faisant 152 morts, a annoncé samedi la commission d'enquête comorienne.

Le chef de la commission d'enquête, Ali Abdou Mohamed, a confirmé que l'enregistreur phonique (Cockpit Voice Recorder, CVR, le deuxième enregistreur de vol) de l'Airbus A310 de la compagnie Yemenia, venait d'être récupéré à bord du bateau EDT ARES. «Les deux enregistreurs de vol (CVR et FDR) seront convoyés dans les prochains jours au Bureau d'enquêtes et d'analyses au Bourget (France), où ils seront lus en présence des membres de la commission d'enquête», a-t-il précisé dans un communiqué.

Les causes du crash ne sont toujours pas coonnues

Le premier enregistreur de vol avait été localisé puis récupéré vendredi, après une semaine de recherches menées par un navire français spécialisé dans la recherche de boîtes noires. Les recherches, débutées le 20 août, ont également permis de retrouver des éléments de l'épave de l'appareil et les corps de six victimes. Les causes de ce crash d'un Airbus A310 - duquel seule une adolescente de 13 ans, Bahia Bakari, a survécu - ne sont toujours pas connues.

L'état de l'avion, qui ne répondait pas aux normes de sécurité européennes, avait été rapidement avancé pour expliquer la catastrophe, mais cette thèse n'a pour l'instant pas été validée par l'enquête. Composée d'enquêteurs comoriens, yéménites et français, la commission d'enquête sur l'accident est conduite par les autorités comoriennes, avec notamment le soutien technique du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé pour la France des enquêtes sur les accidents aériens.

>> Retrouvez notre dossier sur le crash de l'Airbus de Yemenia