Les producteurs de fruits et légumes en colère

CONSOMMATION Il dénoncent l'importation massive de produits étrangers par la grande distribution...

Avec agence

— 

Des producteurs de légumes en colère ont saboté une partie de leur production à Le Bouhou, une ville près de la frontière espagnole.
Des producteurs de légumes en colère ont saboté une partie de leur production à Le Bouhou, une ville près de la frontière espagnole. — AFP PHOTO / RAYMOND ROIG

Une centaine de producteurs de fruits des Pyrénées-Orientales ont déversé samedi matin plusieurs tonnes de pêches aux entrées d'une enseigne de la grande distribution à Perpignan, bloquant totalement son accès aux clients. D’autres actions du même type ont eu lieu samedi matin. Plusieurs dizaines d'agriculteurs bloquaient aussi un supermarché à Saint-Victoret (Bouches-du-Rhône) pour dénoncer «l'importation massive de produits étrangers par la grande distribution». De même, un camion de pommes a été déversé dans le Vaucluse, devant l'Intermarché de Le Thor (à l'Est d'Avignon).

«Notre but est de faire comprendre que, quand on perd de l'argent, ça fout les boules. On connaît les périodes où ils font du chiffre d'affaires et on sera là, même s'il ne nous reste que des cailloux à jeter», a expliqué à l'AFP le responsable de la FDSEA des Pyrénées-Orientales, Gérard Majoral.

Pêches en cascade

Les producteurs de fruits, confrontés à une crise liée à la baisse des prix, avaient prévenu: dès jeudi, ils avaient annoncé une série d'actions sur le terrain pour «crier leur désespoir». «La grande distribution ne joue pas le jeu c'est inadmissible, les agriculteurs vont mettre la clé sous le paillasson», a protesté Manuela Stoffel, présidente des jeunes agriculteurs des Bouches-du-Rhône.

Mouvement en cours

«On veut faire prendre conscience à l'Etat que la crise des producteurs de fruits met en péril la ruralité, car dans les Pyrénées-Orientales cela représente 10.000 emplois directs et 52 millions d'euros de volume financier», a ajouté Majoral, également administrateur de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF), branche spécialisée de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), principal syndicat agricole.

Selon lui, «le mouvement vis-à-vis de la grande distribution va continuer, notre but est d'être très pénible avec eux pour leur faire comprendre qu'il faut de l'équité dans le commerce, il faut le moraliser, sinon les territoires ruraux tombent en lambeaux».

«Le directeur (de l'Intermarché de Le Thor, ndlr) ne sait pas qu'il y a des pommes (produites) à côté de chez lui. Maintenant il le sait, et il a eu en prime une livraison gratuite», a déclaré Bertrand Rival, directeur de la FDSEA du Vaucluse, indiquant que les quelque 400 producteurs du département poursuivraient chaque jour leur surveillance de l'origine des fruits et légumes proposés par les grandes surfaces.