AF447: Des familles de victimes veulent poursuivre Air France

JUSTICE Très en colère, elles demandent la mise en examen de la compagnie aérienne...

M.D avec agence

— 

Sièges, masques à oxygène, mais également des pans entiers de la carcasse de l'avion ont été repêchés.
Sièges, masques à oxygène, mais également des pans entiers de la carcasse de l'avion ont été repêchés. — BRAZIL AIR FORCE / REUTERS

Ils se sont constitué partie civile. Le père et le frère de Clara Amado, 31 ans, une hôtesse de l'air qui fait partie des 228 victimes du vol AF 447 Rio-Paris disparu au large des côtes brésiliennes, réclament des poursuites judiciaires contre la compagnie Air France, déclare leur avocat, selon l'agence Reuters. Selon Me Jean-Claude Guidicelli, qui assiste la famille varoise dans ses démarches, il s'agit à ce jour de la deuxième famille française à suivre la même procédure.

>>> Retrouvez tous nos articles sur le crash du vol AF 447 en cliquant ici.
 
L'avocat souhaite demander une mise en examen de la compagnie aérienne avant la prochaine rencontre entre les familles des victimes et la direction d'Air France qui doit avoir lieu le 4 septembre prochain. «On veut des réponses à nos questions et connaître les causes exactes de l'accident et on veut que les responsables assument», a-t-il déclaré à Reuters.
 
La vérité sur les sondes Pitot

 
«S'il y a eu des problèmes avec les sondes Pitot, il faut le dire, a déclaré Jean-Claude Guidicelli, on ose espérer que ces sondes n'ont pas été choisies pour des raisons d'économies.» Ces sondes permettent de mesurer la vitesse de l'avion. Elles seraient l'une des causes envisagées pour expliquer l'accident. Mais selon le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), d'autres éléments ont pu intervenir.

>> A lire également: Où en sont les recherches? ici

 
L'avocat s'étonne qu'aucune mise en examen n'ait été prononcée alors qu'une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour homicide involontaire. Une porte-parole d'Air France a déclaré, ce vendredi, que la compagnie respectait le deuil et partageait la douleur de cette famille mais n'a pas voulu commenter les menaces de poursuites.