Les femmes enceintes et la grippe A (H1N1): mode d'emploi

SANTE Plus sensibles aux infections, elles doivent être plus vigilantes que le reste de la population, selon de nouvelles recommandations de l'OMS...

M.D

— 

Le groupe de travail du Sénat sur la maternité pour autrui, autrement dit les "mères porteuses", doit proposer mercredi la légalisation, très encadrée, de cette procédure aujourd'hui interdite en France, mais autorisée ou tolérée dans d'autres pays.
Le groupe de travail du Sénat sur la maternité pour autrui, autrement dit les "mères porteuses", doit proposer mercredi la légalisation, très encadrée, de cette procédure aujourd'hui interdite en France, mais autorisée ou tolérée dans d'autres pays. — Jean Ayissi/Archives AFP

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier sur son site Internet, ce vendredi, une note spécifique aux risques de complications liée à la grippe A (H1N1) chez les femmes enceintes. Cette note s'appuie sur les résultats d'une étude américaine, publiés le 29 juillet dans The Lancet, qui mettent en avant le risque accru d’atteinte sévère ou mortelle chez la femme enceinte infectée par le virus. L'étude souligne également une augmentation du risque de mort du foetus et d’avortement spontané. Les femmes enceintes sont donc exposées à un risque plus élevé.

>> Tous nos articles sur la grippe A (H1N1), c'est par ici.
 
La femme enceinte a-t-elle plus de chance d'attraper la grippe A que la grippe saisonnière?
Oui. Non pas parce qu'elle est enceinte, mais parce qu'elle est jeune. La pandémie actuelle continue de toucher des tranches d’âges plus jeunes que ce que l’on observe avec la grippe saisonnière. Or, afin que la mère puisse tolérer le développement de son enfant, son système immunitaire est en quelque sorte en veilleuse pendant la grossesse. D'où sa vulnérabilité aux infections (listériose...), et à la grippe en particulier, pandémique ou saisonnière.

A quelles complications sont-elles exposées?
Selon l'étude parue dans Lancet, les femmes enceintes ont quatre fois plus de risque d'être hospitalisées pour complications. Les médecins, les patients et ceux qui assurent les soins à domicile doivent rester attentifs aux signes de danger qui peuvent signaler une évolution vers une forme plus grave. Cette évolution pouvant être très rapide, il convient de consulter un médecin dès l’apparition, chez un cas confirmé ou suspect d’infection par la grippe H1N1, des signes de danger suivants: essoufflement, pendant une activité physique ou au repos; difficultés respiratoires; douleurs thoraciques; forte fièvre pendant plus de trois jours etc. (L'ensemble des signes, ici)
 
Doit-on prendre du Tamiflu en prévention?

En cas de suspicion de grippe A(H1N1), le traitement antiviral, le Tamiflu, doit être administré immédiatement et dans un délai maximum de 48h du début des symptômes, sans attendre les résultats des analyses de laboratoire, recommande l'OMS. Les experts préconisent par ailleurs de traiter systématiquement (Tamiflu ou Relenza) les femmes enceintes en contact dans leur entourage avec une personne atteinte du virus ou suspectée de l'être.
 
Doit-on se faire vacciner en priorité contre la grippe A?
L'OMS recommande également aux autorités sanitaires de mettre les femmes enceintes dans les groupes prioritaires à vacciner, quand les vaccins pandémiques seront disponibles à l'automne. Plusieurs pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, Suisse) l'ont déjà fait.
 
Quelles précautions prendre pour limiter les risques de contamination?
En période d'épidémie, l'hygiène (lavage des mains...) reste très importante pour les femmes enceintes, comme pour toute la population. Il leur est par ailleurs conseillé d'éviter les lieux très fréquentés et les rassemblements pour ne pas augmenter les risques de contamination. Dans les régions où l’infection par le virus H1N1 est courante, l’OMS recommande fortement aux femmes enceintes et à leurs médecins traitants de surveiller attentivement l’apparition éventuelle de tout symptôme d’allure grippale. 

Les numéros d'appels sur la grippe

Plateforme téléphonique: 08 25 302 302 (+33 1 53 56 73 23 depuis l’étranger)
Information des voyageurs: 01 45 50 34 60 (+33 1 45 50 34 60 depuis l’étranger)