François Fillon en Bretagne: un déplacement qui fait des vagues

POLITIQUE Les Verts accusent le Premier ministre de vouloir faire de l'ombre à leur Université d'été...

Catherine Fournier

— 

Le Premier ministre François Fillon et la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno à Saint-Michel-en-Grève, en Bretagne, le 20 août 2009.
Le Premier ministre François Fillon et la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno à Saint-Michel-en-Grève, en Bretagne, le 20 août 2009. — AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG

Après des vacances silencieuses en Toscane, le Premier ministre fait une rentrée anticipée sur la scène politique. Et c'est sur le terrain de l'écologie que François Fillon a choisi de réapparaître, écourtant ses congés de quatre jours. Le chef du gouvernement a décidé de se rendre ce jeudi avec plusieurs ministres à Saint-Michel-en-Grève (Côtes d'Armor). C'est sur une plage de cette petite commune qu'est mort de manière fulgurante (en une minute) un cheval fin juillet. Enlisé dans une zone mouvante, l'animal serait décédé d'une inhalation du gaz dégagé par des algues en décomposition. Son cavalier s'en est sorti de justesse.

>> A lire également, les réactions: Fillon risque de s'enliser, c'est ici
 
Le problème n'est pas nouveau. Il est même vieux de trente ans. Mais l'affaire a ravivé l'inquiétude et la colère des riverains. A tel point que Chantal Jouanno, la secrétaire d’Etat à l’écologie, avait commandé à l'Ineris, l'Institut national de l'environnement industriel et des risques, un rapport sur la question. Remis mercredi à la secrétaire d'Etat, il confirme la toxicité de ces algues vertes, favorisée par les rejets de nitrates dans l'eau dus à l'agriculture et à l'élevage intensifs. «Ce rapport pose un certain nombre de diagnostics. Il était logique que le gouvernement prenne position dans la foulée», indique-t-on à Matignon.
 
«Le gouvernement intervient bien tard»

Il n'empêche. Certains sont surpris du calendrier de cette visite, à commencer par les Verts, qui ont entamé le jour même leur Université d'été à Nîmes. «Le gouvernement intervient bien tard sur un sujet comme les algues vertes qui existe depuis des décennies», a réagi Noël Mamère sur RTL ce jeudi. «Il ne faut pas croire à ces leurres qui sont lancés au moment où effectivement les écologistes rassemblés sont plus nombreux que jamais à leur Université d'été de Nîmes pour défendre un projet de société», a ajouté le député Vert de Gironde.
 
Un avis partagé par Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts. «Si François Fillon dit "voilà, la raison, c’est ça, et on va changer de modèle", alors il aura eu raison d’interrompre ses vacances. Sinon, ce sera juste pour montrer qu’il fait des choses pendant ses vacances, et c’est juste dommage», confie-t-elle 20minutes.fr depuis Nîmes.
 
D'aucuns s'étonnent par ailleurs que le Premier ministre, resté silencieux sur des dossiers aussi sensibles que la détention de Clotilde Reiss en Iran ou les bonus des banques, décide de s'exprimer sur des algues. Depuis le score d'Europe Ecologie aux européennes, la majorité est en effet régulièrement accusée par ses adversaires de vouloir récupérer une partie de l'électorat des Verts en vue des régionales 2010.
 
«Le Premier ministre est un homme de l'Ouest»
 
«Cela n'a rien à voir, estime le député UMP Hervé Mariton. C'est une question objectivement importante et les écologistes n'en sont pas les propriétaires». Et puis, «il ne faut pas oublier que le Premier ministre est un homme de l'Ouest», ajoute-t-il. François Fillon, originaire du Mans, a occupé plusieurs mandats dans les Pays de la Loire et est naturellement sensible aux problématiques de ce territoire, notamment l'agriculture.
 
A Matignon, on signale qu'il avait en outre été personnellement sollicité par le président PS du conseil régional de Bretagne. «Il a souhaité montrer qu'il n'y avait pas d'inactivité de l'Etat sur ce problème récurrent et éminemment interministériel», souligne-t-on. Pas moins de trois ministres (Chantal Jouanno, Bruno Le Maire à l'Agriculture et Roselyne Bachelo à la Santé) ont ainsi accompagné le chef du gouvernement, pour un premier déplacement très médiatique une semaine avant la vraie rentrée. Et avant celle de Nicolas Sarkozy.  

Taxe carbone et algues Lors de son déplacement, le Premier a affirmé que la taxe carbone serait bien mise en oeuvre. Le Premier ministre a également annoncé que le gouvernement allait «prendre à sa charge» le nettoyage des plages bretonnes envahies par les algues vertes. Il aussi confirmé la mise en place d'une mission interministérielle qui «dans les trois mois» devra «bâtir un plan d'action pour lutter contre leur prolifération».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.