Cohn-Bendit conseille à l'opposition de «régler le problème Frêche»

POLITIQUE Le leader d'Europe Ecologie se montre très critique à l'égard du président socialiste de la région Languedoc-Roussillon...

E. L.

— 

Daniel Cohn-Bendit, en campagne à Bordeauxpour les européennes, sous les couleurs d'Europe-écologie, le 24 mai 2009.
Daniel Cohn-Bendit, en campagne à Bordeauxpour les européennes, sous les couleurs d'Europe-écologie, le 24 mai 2009. — SAURA PASCAL/SIPA

Fort du score de ses listes européennes, Daniel Cohn-Bendit a déjà la tête tournée vers les élections régionales de mars 2010. Dans un entretien publié ce jeudi dans le quotidien Le Midi Libre, le leader du mouvement écologiste rappelle : «Nous portons un projet global d’écologie et de social, voulons être une force autonome capable d’influencer un programme d’alternative à la droite.»

Mais surtout, il est question dans cet entretien de la stratégie à adopter dans la région du Languedoc-Roussillon. Daniel Cohn-Bendit qui se montre critique à l’égard du président socialiste de la région, Georges Frêche. Ce qu’il lui reproche? Le comité local de Chasse, pêche, nature et tradition (CPNT) de l’Hérault a annoncé la semaine dernière qu’il s’allierait avec Georges Frêche pour les élections régionales. «C’est une déclaration politique!», s’exclame Cohn-Bendit.

Pour Cohn-Bendit, Georges Frêche est «incompréhensible»

Pour lui, une chose est donc sure: Dans le Languedoc-Roussillon, «la liste écologiste, qui aura aussi des non-Verts, sera autonome au premier tour». «Les électeurs décideront du rapport de force du second tour», précise-t-il.

Quant à une alliance avec Georges Frêche au deuxième tour, il ne l’exclut pas totalement. Reconnaissant que le président du Languedoc-Roussillon, «a une vraie vision politique, sait se projeter dans l’avenir», il déplore toutefois sa «conception autoritaire et manichéenne du pouvoir», ajoutant qu’il «est incapable de travailler avec les autres. Il est incompréhensible!». Dénonçant un PS «empêtré dans ses contradictions», il conseille à l’opposition de «régler le problème Frêche».