Grippe A: les syndicats sceptiques sur le dispositif de prévention à l'école

SANTE Ils ont envoyé une lettre à Luc Chatel, lui demandant une «information complète et transparente»...

Elodie Lestrade

— 

 
  — B. TESSIER / REUTERS

Au lendemain de la présentation du dispositif anti-grippe A (H1N1) à l'école, les syndicats de l’éducation nationale ont tenu à faire part de leurs doutes à Luc Chatel. Dans une lettre rendue publique mardi, Gilles Moindrot, le secrétaire général du SNUipp/FSU (Syndicat national unitaire des instituteurs), demande à ce que «les enseignants et les parents bénéficient d'une information complète et transparente».

«De nombreux points restent à préciser»

Il explique à 20minutes.fr: «Nous nous interrogeons sur l’absence - ou du moins la faiblesse -d’information pour les professionnels sur le terrain. Il ne suffit pas d’écrire une circulaire, il faut aussi de la préparation en amont.»

Alors que la rentrée est fixée au 2 septembre prochain, le secrétaire général du SNUipp/FSU s’inquiète que le matériel promis par le ministre, et notamment le dépliant à destination des parents, n’arrive que «le jour de la rentrée». Dans sa lettre, il note également que «de nombreux points restent à préciser comme la question des fratries, la conduite à tenir par les enseignants dont les propres enfants seront atteints par l'épidémie, l'éventualité d'une vaccination, l'organisation des ramassages scolaires...»

Des interrogations dans le secondaire

Dans le second degré aussi, on s’interroge sur ce dispositif. Daniel Robin, secrétaire général du Snes (Syndicat national des enseignements du second degré), joint par 20minutes.fr, émet trois objections. D’abord, il juge que «les difficultés pédagogiques rencontrées par les élèves absents pendant une semaine ne paraissent pas exceptionnelles», comparé à ce qui existe en cas de grippe saisonnière. Puis, il estime que «les éléments du dispositif sont très centrés sur le premier degré (…) et notoirement inadaptés à un établissement du second degré». Enfin, il s’interroge sur la situation des «professeurs malades absents», déplorant l’absence de clarifications dans ce cas de figure.

De son côté, le ministre a promis mardi qu’il rencontrerait les syndicats la semaine prochaine «dans le cadre de la préparation de la rentrée». Selon Gilles Moindrot, «ce serait le 27 août». «Il sera question de la grippe A, mais aussi des autres sujets de la rentrée», précise Daniel Robin.