REACTIONS

Les associations antiracistes veulent des sanctions exemplaires

Une employée d'Orly a déposé plainte contre un préfet, immédiatement suspendu après des propos racistes...

Plusieurs associations antiracistes françaises réclament des sanctions exemplaires à l'encontre du préfet Paul Girot de Langlade après le dépôt d'une plainte pour «injures à caractère raciste».

Pour le président du Mrap, Mouloud Aounit, le préfet n'en est pas moins un «multirécidiviste» et sa nomination au poste de coordinateur local des Etats généraux de l'Outre-mer était «ubuesque». «J'espère qu'après ces propos, le ministère de l'Intérieur va prendre les mesures appropriées et que ce préfet sera relevé de ses fonctions», a-t-il dit. Le Mrap envisage d'ailleurs de se constituer partie civile dans cette affaire.

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, estime que «ce préfet ne mérite pas de représenter la République si les propos qu'il est suspecté d'avoir tenus ont été effectivement tenus». «J'espère que le ministère de l'Intérieur, au-delà de la suspension, fera en sorte que ce préfet cesse de sévir sur notre territoire de la République», a-t-il ajouté sur France Info.

Suspendu

Le préfet Paul Girot de Langlade, qui était coordinateur local pour la Réunion des Etats généraux de l'Outre mer, a été suspendu de sa fonction de coordinateur.

La plainte a été déposée au commissariat de Corbeil-Essonnes (Essonne) le 31 juillet par une employée d'Orly. Arguant de sa qualité de préfet, Paul Girot de Langlade, aurait eu des propos péjoratifs à l'encontre d'une employée d'Orly, d'origine antillaise.

« Il n’y a que des noirs ici»

D'après le site internet Zinfos974, repris par Bakchich, les faits se seraient déroulés le jour du dépôt de la plainte, à son retour de la Réunion lorsqu'un agent de sécurité lui aurait demandé de vider ses poches alors que l'alarme du portique avait retenti. Le préfet aurait alors lancé le contenu à la tête de l’employée tout en disant : «On se croirait en Afrique» et «il n’y a que des noirs ici».

Paul Girot de Langlade avait été relaxé en appel en juin 2008 pour des propos assimilant les gens du voyage à des délinquants. Le préfet était coordinateur local pour la Réunion des Etats généraux de l'Outre mer.

>> En raison de débordements, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires.